Dû aux travaux majeurs de l'avenue de la Station, la circulation reste problématique à l'angle de la 3e rue et de l'avenue des Cèdres. Les automobilistes ne sont pas les seuls à être touchés par ces travaux. Certains commerçants de la 4e rue en subissent également les contrecoups.

Travaux à Shawinigan: des commerçants impatients

Malgré les mesures mises en place par la Ville de Shawinigan, certains commerçants commencent à être incommodés par les travaux majeurs de l'avenue de la Station à Shawinigan qui ont débuté jeudi dernier. Des commerces de la 4e rue songent d'ailleurs à se regrouper afin de faire valoir leur point de vue aux instances municipales.
C'est le cas du restaurant La Pointe à Bernard qui, depuis le début des travaux, a observé une baisse de revenus d'environ 20 % comparativement à l'été dernier à pareille date.
«Pour un restaurant comme nous, c'est énorme», assure la propriétaire, Danielle Clément. 
Elle est déjà en mesure de dire quelle clientèle a déserté les lieux. 
«Ce qu'on constate, c'est qu'il y a beaucoup moins de touristes et de gens de l'extérieur de la région. En plus, ça coïncide avec la période des vacances». Elle reste tout de même consciente de la nécessité de ces travaux. «On le sait bien que ça doit être fait», admet-elle.
Du côté de la Ville de Shawinigan, on assure que tout est mis en oeuvre pour accommoder les commerçants et les automobilistes. Tous les matins, des rencontres sont organisées afin de faire le point sur les travaux au jour le jour. Le service des communications de la Ville de Shawinigan travaille étroitement avec la commissaire aux commerces, Mélanie Gélinas, et tous les deux s'assurent que les décisions de la Ville et les demandes provenant des commerces soient entendues.
Depuis une semaine, des adaptations quotidiennes sont apportées aux différentes artères pour permettre un meilleur contrôle de la circulation et assurer la sécurité autant des automobilistes que des piétons. Hier, l'accès à la rue Tamarac à partir de la 3e rue a été bloqué par des blocs de béton, obligeant les automobilistes à suivre le détour préalablement établi passant par l'avenue des Cèdres.
Déjà, à la Ville, on constate une «meilleure fluidité» de la circulation dans les principales artères adjacentes aux travaux. «Les citoyens sont en train d'apprivoiser les trajets alternatifs», assure-t-on. Pour désengorger le circuit, des bicyclettes sont mises gratuitement à la disposition des citoyens. Selon les chiffres amenés par le service des communications de la Ville, ce sont plus de 400 personnes qui auraient troqué l'auto pour le vélo depuis que ce service est disponible. 
Malgré le cri du coeur de certains commerçants de la 4e rue, ceux de la 5e rue, quant à eux, ne semblent pas touchés par les travaux affectant le secteur.
C'est le cas de Mélanie Dubé, propriétaire de la pâtisserie Le Palais, qui ne remarque pas de différence notable du nombre de clients.
«Pour l'instant, on a beaucoup de touristes. Mais ça va être à voir à l'automne.» 
Même son de cloche pour Raymonde Normandin de la boutique Au Pas.
«C'est difficile à dire parce qu'on est en fin de saison ici et c'est le temps des vacances. Il est trop tôt pour connaître l'influence des travaux», remarque-t-elle. 
La 5e rue sera éventuellement touchée par les travaux puisque, dans les plans, il est prévu qu'une partie soit bloquée plus tard cet été. Il reste à voir quel impact cela aura sur les commerçants.
Les travaux affectant la circulation devraient s'échelonner jusqu'à la fin octobre, mais des travaux plus mineurs seront visibles jusqu'à la fin du mois de novembre.