Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet prochain.
Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet prochain.

Transports en commun: «Nos chauffeurs ne sont pas des policiers du masque»

TROIS-RIVIÈRES — Voilà qui est fait. Québec oblige le port du masque pour tous les usagers des transports collectifs. Bien que les sociétés de transport de la région recommandaient déjà fortement le port du masque dans les véhicules, celles-ci se demandent maintenant comment l’obligation de se couvrir le visage sera appliquée.

«Toutes les sociétés de transport se demandent de quelle manière nous allons faire respecter ce règlement», soutient Charles-Hugo Normand, conseiller en communication à la Société de transport de Trois-Rivières (STTR). «Nos chauffeurs ne sont pas des policiers du masque.»

La STTR se dit donc en recherche de solution pour trouver une façon de faire appliquer cette directive. Cette solution sera trouvée, note Charles-Hugo Normand, avec les chauffeurs et leur syndicat. De plus, des rencontres entre les différentes sociétés de transport du Québec concerneront cet aspect spécifique.

«Nous allons devoir trouver une solution ensemble. Nous ne voulons pas qu’il y ait d’altercation entre les usagers et les chauffeurs», ajoute M. Normand.

Par ailleurs, la STTR accueille toutefois favorablement la nouvelle directive de Québec. Déjà, la société de transport recommandait le port du masque et en a distribué plus de 800 à ses usagers.

«C’est prouvé que le port du masque est un moyen de rendre les transports en commun sécuritaires», affirme Charles-Hugo Normand.

Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet prochain.

De plus, est-ce que les sociétés de transport pourraient distribuer des masques à l’entrée des véhicules? C’est une possibilité, reconnaît Charles-Hugo Normand, mais cela entraîne des coûts. Mais on ne sait pas encore si Québec aidera alors les sociétés de transport à pallier ces frais supplémentaires.

De son côté, la directrice générale de la Corporation des transports collectifs de la MRC de Maskinongé, Valérie Bellerose, mentionne que les usagers portent déjà généralement un masque lorsqu’ils utilisent le service.

«On a déjà un excellent taux de réponse. Les gens le portent par souci de respect pour les autres», précise Valérie Bellerose.

Même son de cloche du côté de la Corporation de transport adapté et collectif du Haut Saint-Maurice où la grande majorité des usagers portent déjà des masques. «On recommandait déjà fortement le port du masque. Alors on ne change pas la formule tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas un décret clair du gouvernement et une façon de faire », affirme Caroline Blais, directrice générale de la Corporation de transport adapté et collectif du Haut Saint-Maurice.

«Est-ce que le gouvernement va obliger les organismes en transport à les fournir? Est-ce que le port du masque maison va être permis? Il y a encore des réponses que nous n’avons pas.»

Lundi, le président de la Régie de transport en commun de Shawinigan, Jean-Yves Tremblay, se disait déjà complètement en accord avec le port du masque. Il assure qu’il fera le nécessaire pour adapter ses services le plus rapidement possible.

«De notre côté, on suit à la lettre les recommandations du ministère. Bien qu’on n’ait pas le même nombre d’usagers dans nos autobus que les villes comme Montréal, je trouve qu’il est bénéfique de favoriser le port du masque dans les endroits où les gens n’ont pas le choix d’être près les uns des autres. On tend à croire que la pandémie est terminée, mais ce n’est vraiment pas le cas», a-t-il fait savoir.

Avec la collaboration de Pierrick Pichette