Jean-Yves Tremblay, conseiller du district des Hêtres et président de la Régie de transport en commun de Shawinigan.

Transport en commun à Shawinigan: tous les services en croissance en 2018

SHAWINIGAN — La Régie de transport en commun de Shawinigan affiche une deuxième année de croissance consécutive dans son service régulier en 2018. En effet, un total de 259 290 passages ont été recensés l’an dernier, ce qui correspond à une légère hausse de 1,4 % par rapport aux 255 826 en 2017.

Jamais, depuis la fusion municipale en 2002, la RTCS n’avait enregistré des hausses du nombre d’utilisateurs pendant deux années de suite. Le service a connu une dégringolade constante, avec de petits soubresauts en 2008 et en 2012, qui étaient immédiatement suivis d’une chute brutale. La RTCS a atteint le fond du baril en 2016 et depuis, son transport régulier a connu une hausse de 5,2 %.

Jean-Yves Tremblay, conseiller du district des Hêtres et président de la RTCS, accueille évidemment cette hausse avec satisfaction. Quand on décortique l’année, on constate que la fréquentation estivale a particulièrement influencé le bilan annuel. En juillet, août et septembre, 63 716 passages ont été enregistrés à la RTCS, ce qui représente une hausse de 6,2 % par rapport à 2017. Il s’agit de la meilleure fréquentation pour cette période de l’année depuis 2013.

«C’est peut-être en raison des nombreuses activités que nous organisons au centre-ville», avance M. Tremblay. «Beaucoup de gens se déplacent aux spectacles de la Place du marché. À la course du Diable, c’est pas croyable de voir tous ces gens qui vont encourager les coureurs.»

Autre facteur, les nouveaux arrivants utilisent beaucoup le transport en commun, observe M. Tremblay. Il ajoute que pour plusieurs, il s’agit également d’un moyen privilégié pour faire ses emplettes au Carré Trudel.

En ce qui concerne le transport adapté, le nombre de passages avait subi une légère baisse en 2017. Au cours de la dernière année civile, il est passé de 29 163 à 31 032, une augmentation de 6,4 %.

«Nous avons de plus en plus de gens qui adhèrent au transport adapté», constate le président de la RTCS. «Les CHSLD embarquent beaucoup. Les gens peuvent prendre le transport adapté pour visiter leur famille. Ça vaudrait la peine de calculer précisément combien de personnes en CHSLD utilisent ce service.»

En ce qui concerne l’Accès-bus, 12 141 personnes ont emprunté cette voie pour joindre le circuit régulier en 2018. Il s’agit, là également, d’une croissance de près de 3 % par rapport à l’année précédente.

Tarifs

Une fois de plus, la RTCS a décidé de geler ses tarifs en 2019. Le transport régulier individuel est passé de 2,75 $ à 3 $ en 2013 et il n’a pas bougé depuis ce temps.

«Tant que nous n’aurons pas le nouveau contrat, ça ne changera pas», explique M. Tremblay. «Quand nous aurons le nouveau transporteur, on regardera ça à nouveau, c’est sûr.»

«Il faut regarder le prix que les utilisateurs payaient auparavant par rapport au service qu’on donnait et le service qu’on donnera», glisse-t-il. «Qu’est-ce qui est raisonnable? On va regarder aussi ce qui se fait ailleurs.»

Au cours des derniers mois, de nombreux utilisateurs se sont présentés en séance publique pour exiger une amélioration du service. Le conseil municipal a déjà annoncé ses couleurs dans le dernier budget.

En effet, la quote-part de la Ville à la RTCS bondira de 32 % en 2019, passant de 923 070 $ à 1 221 000 $. Le trésorier de l’organisme, Alain Gravel, souligne que le budget peut encore varier de quelques dizaines de milliers de dollars, selon la proposition qui sera retenue à la suite de l’appel d’offres de service. D’ailleurs, en assemblée publique le 18 décembre, le conseil municipal avait annoncé une contribution totale de 1 266 481 $ à la RTCS en 2019. La différence de quelque 45 000 $ pourrait être pigée à même le surplus accumulé de l’organisme, qui s’établissait à 378 723 $ au 31 décembre dernier.

La Ville préfère donc bonifier son aide financière plutôt que forcer la RTCS à piger davantage dans son bas de laine, qui a été très sollicité au cours des dernières années.

«C’est un message important à la communauté», fait remarquer M. Tremblay. «C’est sûr qu’il y aura un grand renouveau dans le transport en commun cet été.»

Dans le budget de la RTCS, on constate que la contribution de la Ville au service Accès-bus demeure stable à 148 800 $. C’est le transport régulier qui profite de la manne, puisque la quote-part municipale pour ce service passe de 669 861 $ à 1 051 679 $, un impressionnant bond de 57 %!

Par contre, la contribution pour le transport adapté passe de 104 382 $ à 66 002 $. M. Gravel assure qu’il ne faut pas y percevoir une intention de diminuer le service.

«Nous avons un consultant qui nous a informés que nos subventions (venant de Québec) pourraient être légèrement supérieures pour le transport adapté», mentionne le trésorier. «C’est clair que l’intention de la RTCS n’est pas de diminuer le service, même si la pression est forte sur les coûts.»