Une cinquantaine de policiers de la Mauricie et du Nouveau-Brunswick ont participé aux perquisitions, jeudi.
Une cinquantaine de policiers de la Mauricie et du Nouveau-Brunswick ont participé aux perquisitions, jeudi.

Trafic de stupéfiants: bilan des perquisitions de jeudi soir

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Au lendemain des perquisitions menées dans la région jeudi, l’Escouade régionale mixte (ERM) a fait le bilan de cette importante opération, qui a mené au démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants établi en Mauricie et au Nouveau-Brunswick et à la saisie d’une cinquantaine de kilos de drogue et de plus de 150 000 $.

Au total, une cinquantaine de policiers ont fait des perquisitions à Saint-Roch-de-Mékinac, Saint-Boniface et Notre-Dame-du-Mont-Carmel, en Mauricie, de même qu’à Memramcook et Glencoe, au Nouveau-Brunswick. Selon l’ERM, le réseau démantelé faisait principalement le trafic de cocaïne et de haschich.

Les policiers ont d’ailleurs saisi en tout 12 kilos de cocaïne, 36 kilos de haschich, 4,5 kilos de cannabis et de la méthamphétamine. Une arme de poing, 156 000 $ canadiens, du matériel servant au trafic de stupéfiants, ainsi que trois véhicules automobiles ont également été saisis.

Pour le moment, une seule personne a été arrêtée par les policiers dans cette opération, pour entrave et voies de fait envers des agents de la paix. Il s’agit d’un homme dans la trentaine et la Sûreté du Québec (SQ) indique qu’il a été arrêté en Mauricie, sans préciser dans quelle municipalité. Il a été libéré et devrait comparaître à une date ultérieure.

Aucune autre personne présumément impliquée dans le réseau de trafic n’a pour le moment été arrêtée. Les preuves recueillies lors des perquisitions devraient ensuite mener à des arrestations, afin d’éviter un procès trop long et, potentiellement, un arrêt des procédures en vertu de l’arrêt Jordan.

L’ERM est un partenariat établi entre différents corps de police, notamment la SQ, pour lutter contre le crime organisé.

La SQ invite les personnes qui ont des informations relatives à du trafic de stupéfiants à communiquer de manière confidentielle avec la Centrale de l’information criminelle au
1 800 659-4264.