Le premier ministre du Québec, François Legault. 
Le premier ministre du Québec, François Legault. 

Tout le Centre-du-Québec passe au rouge

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Toute la région du Centre-du-Québec passe en zone rouge, a annoncé mardi le premier ministre du Québec, François Legault. 

La progression de la pandémie dans les MRC du Centre-du-Québec toujours au palier orange justifie ce changement de niveau d’alerte. En Mauricie, il n’y a que Trois-Rivières qui est en zone rouge. Shawinigan, les MRC de Maskinongé et des Chenaux de même que La Tuque demeurent en zone orange.

«Il faut continuer à faire des sacrifices pour les personnes âgées, pour garder les jeunes à l’école et aider notre personnel de la santé», affirme le premier ministre du Québec. 

L’augmentation toujours à la hausse du nombre de nouveaux cas dans les MRC d’Arthabaska et de l’Érable explique ce changement de palier d’alerte et le basculement total du Centre-du-Québec en zone rouge. 

«On note cette tendance depuis les dernières semaines, pas seulement des derniers jours», note Kellie Forand, agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). 

«Le taux d’incidence au Centre-du-Québec, qui représente le taux d’infection par 100 000 habitants, a dépassé 10 pour l’ensemble des MRC. Et 10, c’est le barème pour passer au palier rouge. De plus, les deux MRC toujours à l’orange étaient limitrophes avec des zones au rouge. C’est un point à prendre en compte.»

35 nouveaux cas en Mauricie et au Centre-du-Québec

La Santé publique rapportait mardi 35 nouveaux cas de COVID-19 sur l’ensemble du territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec, ce qui porte à 469 le nombre de cas actifs. 

La majorité des nouveaux cas ont été dépistés à Trois-Rivières. En effet, 14 nouvelles infections ont été enregistrées uniquement dans cette ville en 24 heures. 

Toujours en Mauricie, qui dénombre 25 des 35 nouveaux cas sur l’ensemble du territoire des deux régions, la MRC de Maskinongé a enregistré sept nouvelles contaminations alors que Shawinigan en recense trois. Un cas a aussi été dépisté dans la MRC des Chenaux. 

Les territoires de Shawinigan, de La Tuque ainsi que des MRC de Maskinongé et des Chenaux sont toujours au palier d’alerte orange. Mais l’augmentation des nouveaux cas préoccupe la Santé publique. 

«Il y a quand même des variations quotidiennes dans le nombre de nouveaux cas en Mauricie. On se donne le temps de bien observer la situation pour voir si la hausse se reflète dans les tendances», explique Kellie Forand du CIUSSS MCQ. 

«Ce n’est pas impossible que le reste de la Mauricie passe au rouge, en fonction de l’évolution de la situation. On invite les gens à redoubler de vigilance pour conserver leur statut orange et éviter d’aller vers le rouge.»

Au Centre-du-Québec, qui a totalement basculé dans le rouge, cinq nouveaux cas ont été détectés dans la MRC de Drummond, trois dans la MRC de l’Érable, un dans la MRC de Nicolet-Yamaska et un dans la MRC d’Arthabaska. 

On dénombre mardi 23 hospitalisations, dont deux aux soins intensifs. Il s’agit d’une hospitalisation de plus que lundi. 

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, estime que les paliers d’alerte différents d’une région à l’autre sont efficaces pour contrer la pandémie. De plus, cela permet de maintenir active l’économie des régions ou MRC moins touchées par la pandémie. 

Pas une surprise pour le maire de Victoriaville

André Bellavance n'est pas tombé en bas de sa chaise en apprenant que sa région, comme sa ville, passait au rouge.

«Le CIUSSS nous avait pas mal prévenus. Ils ont tout un calcul mathématique. On a quand même une recrudescence des cas. Reste que c'est encore un dur coup», se désole-t-il.

Le premier magistrat remarque plusieurs différences entre la première et la deuxième vague, alors que les secteurs épargnés la première fois sont écorchés davantage dans cette nouvelle offensive du virus.

«L'augmentation des cas y est pour quelque chose dans le changement de couleur, tout comme les ressources hospitalières. Mais je pense que les déplacements entre régions sont aussi une raison importante de la modification. Il y a beaucoup de déplacements entre nous et la région de l'Érable et entre nous et le secteur de Drummondville, deux endroits qui étaient déjà en rouge», explique celui qui concède que la situation amène son lot de découragement.

Trois-Rivières à éviter

L'éclosion qui a éclaté à l'unité de neurologie du CHAUR continue à faire des ravages. Cette fois, des patients doivent être transférés vers d'autres hôpitaux de la région, alors que leur destination première devait être l'hôpital de Trois-Rivières. 

Selon Radio-Canada, les autorités de la santé ont donné comme directive aux ambulanciers d'éviter l'hôpital trifluvien pour ce qui concerne les AVC et ce, jusqu'au 21 octobre. Ces transports seraient maintenant détournés vers Shawinigan, Drummondville et Victoriaville.

Le maire de Shawinigan suit la situation de près

Alors que Trois-Rivières et l’ensemble de la région du Centre-du-Québec sont passées au rouge, le maire de Shawinigan, Michel Angers, suit la situation de près et espère que sa ville demeure une zone orange le plus longtemps possible.

Pour l’instant, la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 n’a pas eu pour effet de faire passer Shawinigan en mode d’alerte maximale.

Sans amoindrir la gravité de la situation, le maire répète tout de même que les séances publiques du conseil municipal continueront à se dérouler en «présentiel», et ce, tant et aussi longtemps que les autorités de la Santé publique n’augmenteront pas le niveau d’alerte pour sa ville. Il a tenu ces propos, mardi soir, en ouverture de la séance ordinaire du conseil, à laquelle pouvaient assister 11 citoyens. Ils étaient cependant seulement huit à avoir répondu à l’invitation en s’inscrivant au préalable.

M. Angers indique par ailleurs qu’il a bien aimé les propos qu’a tenus le directeur national de la Santé publique, Horacio Arruda, voulant qu’il considère avoir pris la bonne décision en morcelant les régions administratives quand est venu le temps d’augmenter les niveaux d’alerte.

 «Il a dit: ‘‘pourquoi on devrait punir les endroits où il y a moins de cas de contagion’’. Cela dit, je suis la situation de près, de jour en jour», souligne-t-il.

Nouveau palier d’alerte, nouvelles mesures sanitaires

Les mesures restrictives pour les secteurs ajoutés, comme la fermeture des bars et des salles à manger des restaurants, entreront en vigueur le jeudi 15 octobre à l'exception de celles concernant les écoles et les sports qui seront effectives à partir du lundi 19 octobre.  

Les rassemblements publics ou privés sont aussi interdits en zone rouge, excepté notamment pour les proches aidants. Les personnes seules peuvent toutefois accueillir une personne. Les visites dans les CHSLD et les centres hospitaliers en zone rouge sont interdites, à l’exception des proches aidants ou pour des raisons humanitaires.

De nombreuses mesures sanitaires touchent aussi les écoles en zone rouge, comme l’obligation des élèves du secondaire de porter un couvre-visage en tout temps. Les élèves de 4e et 5e secondaire se rendent physiquement à l’école une journée sur deux.

Consultez la liste de l’ensemble des mesures sanitaires. 

Avec la collaboration de Marc-André Pelletier et de Mathieu Lamothe