De gauche à droite: Jonathan Houle, coordonnateur culture et événements, François de Grandpré, professeur-chercheur à l'UQTR, Pierre-Olivier Tremblay, recteur du Sanctuaire, et Daniel Cournoyer, conseiller municipal.

Festival de l'Assomption: un impact économique majeur

À la veille du Festival de l'Assomption, qui se déroulera du 7 au 15 août, le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap a dévoilé les détails d'une étude réalisée en 2016 par le professeur-chercheur François de Grandpré de l'UQTR concernant les impacts économiques de cette activité.
Il en résulte que l'an dernier, pas moins de 45 306 visiteurs ont pris part à ces festivités. Les dépenses directes effectuées par ceux qui sont venus de l'extérieur sont estimées à 1,5 million $. Si l'on tient compte de l'effet multiplicateur de ces dépenses, l'impact économique peut alors être chiffré, en réalité, aux environs de 2 à 3 millions $, estime le professeur de Grandpré.
Plus de la moitié des visiteurs, soit 55,4 %, provenaient de l'extérieur de la Mauricie tandis que 11 % à 15 % venaient de l'extérieur du Québec. «C'est énorme pour Trois-Rivières. On n'est pas à Montréal ni à Québec», plaide l'économiste. Ce fait représente donc un impact fort important sur l'hébergement de la région.
On évalue en effet à plus de 5000 le nombre d'unités d'hébergement nécessaires pour accueillir touristes et excursionnistes pour le Festival, que ce soit dans les hôtels, motels, terrains de camping, voire chez des parents et amis. L'événement génère en effet des besoins pour 15 500 nuitées.
La première étude à ce sujet avait été réalisée par le professeur de Grandpré en 2003 pour le compte de la Ville de Trois-Rivières concernant les retombées d'une dizaine d'événements, dans la région, dont le Festival de l'Assomption (autrefois la Neuvaine). Dès lors l'achalandage généré par cette activité de tourisme religieux «se démarquait vraiment de façon importante», raconte le chercheur, par rapport aux autres activités touristiques de Trois-Rivières.
Notons que les retombées du Grand Prix de Trois-Rivières ne faisaient pas partie de cette étude. Le chercheur ne souhaite donc pas comparer les deux événements.
En 2013, toutefois, il réalisait une autre analyse sur les impacts du Festival de l'Assomption confirmant la popularité de l'événement.
L'étude de 2016 indique pour sa part que l'indice d'attractivité de l'événement chez les visiteurs est de 93 %, ce qui démontre que «si l'événement n'avait pas eu lieu, les gens ne seraient pas venus à Trois-Rivières. Et c'est ça qui nous intéresse, dans les impacts économiques. C'est le choc économique d'un événement», dit-il. «En culture, on voit souvent des chiffres de 50 % de l'indice d'attractivité», fait remarquer le chercheur.
Selon le professeur de Grandpré, «un pourcentage pareil, c'est assez rare», indique-t-il. «Ils y viennent parce que l'événement a lieu», rappelle-t-il.
«Il y a à peu près juste le sport qui obtient des scores aussi élevés», précise-t-il.
«En gros, c'est un énorme événement pour Trois-Rivières, un très bel événement à l'échelle même du Québec», résume l'économiste.
Le recteur du Sanctuaire, Pierre-Olivier Tremblay, indique que le Sanctuaire travaille avec les partenaires touristiques de la région et se dit heureux de l'aide apportée par Québec et la Ville de Trois-Rivières pour le Festival de l'Assomption.
L'événement ajoutera à sa programmation religieuse habituelle, cette année, des conférences publiques gratuites. Une dame de Shawinigan, Maryse Cantin, racontera ce qu'elle a vécu sur le Chemin de Compostelle tandis que Louise Brissette, de la région de Québec, parlera des 37 enfants handicapés qu'elle a adoptés.
Le 12 août sera une journée familiale clôturée par une cérémonie de dépôt de fleurs flottante sur le lac illuminé du Sanctuaire, une activité qui promet d'être spectaculaire.
Le 15 août, Mario Pelchat sera présent sur le site, à 15 h 30, pour rencontrer son public.
Le 11 août, c'est l'artiste violoncelliste Jorane qui viendra enchanter la foule. Voxalik, une chorale de renommée provinciale, se produira pour sa part le 12 août. Une chorale haïtienne offrira elle aussi un spectacle sur la scène extérieure, le 14 août, tandis que le 15 août, la soirée festive Nuit bleue se déroulera en compagnie de Jonas. Tous ces spectacles sont gratuits.
Le public est invité à participer à une corvée de nettoyage, le lendemain des festivités, le 16 août, à 10 h, afin de donner un coup de pouce au personnel et aux bénévoles.
Des processions au flambeau se dérouleront chaque soir, à 20 h 15. «Venez. On va vivre ensemble un moment qui va faire du bien à tout le monde», promet le recteur.