La pourvoirie Martin Pêcheur de Yamachiche attire de nombreux amateurs de pêche blanche comme Hugo Lafrance, Mélanie Renaud, Sarah Gingras Renaud, Zack Lafrance et Marie-Soleil Lafrance.

De l’or pour la pêche hivernale

Trois-Rivières — Comme prévu, l’année 2018 débutera comme l’année 2017 se terminera, soit par des températures glaciales qui sont toutefois bien accueillies par les pourvoyeurs de pêche blanche.

Selon Environnement Canada, les températures nocturnes se maintiendront sous la barre des - 20 degrés jusqu’au lendemain du jour de l’An. Le jour, les températures varieront entre - 15 degrés et - 20 degrés. 

Alexandre Parent, météorologue à Environnement Canada, confirme que la situation ne bougera pas beaucoup au cours des prochains jours. Le froid durera jusqu’à mercredi ou jeudi.

«Il y a peu de vents pour aujourd’hui (vendredi) et demain (samedi). Les vents reprennent dimanche, lundi et mardi. Avec les vents, on aura des températures ressenties autour de - 35 degrés.»

Le temps glacial observé dans la plupart des régions canadiennes et du nord-est des États-Unis contraste avec ce qui se vit actuellement dans d’autres parties du globe.

«Le système arctique se déplace vers nous. Le déplacement amène de l’air plus chaud en Europe de l’Est, en Russie, dans le nord du Pacifique. Ce sont des vases communicants: s’il fait plus froid à des endroits, il fait plus chaud à d’autres endroits», ajoute M. Parent.

Effectivement, des villes comme Moscou et Varsovie sont concernées par cette situation. Les températures habituellement observées dans la capitale russe en décembre sont d’environ - 7 degrés le jour et - 13 degrés la nuit. Les prévisions pour les cinq prochains jours font état de températures variant entre + 3 degrés et - 3 degrés.

Le scénario se répète dans la capitale polonaise. Varsovie a l’habitude de vivre sous des températures variant de - 4 degrés à + 1 degré à cette période de l’année. Les prévisions pour les jours à venir se promèneront entre - 1 degré et + 9 degrés.

La température habituelle à Boston à cette période de l’année se rapproche de celle de Varsovie. Les prévisions d’ici le 1er janvier pour cette ville de l’État du Massachusetts varient entre - 8 degrés le jour et - 19 degrés la nuit.

Les gens qui vont fêter la nouvelle année à New York devront s’habiller plus chaudement qu’à l’habitude. Les 31 décembre et 1er janvier, les prévisions se situent entre - 14 degrés la nuit et - 8 degrés le jour. Les températures normales sont de - 2 degrés la nuit et de + 4 degrés le jour.

Les pourvoyeurs profitent du temps froid pour finaliser l’aménagement du village de pêche au poulamon à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Pêche blanche

Les températures froides des derniers jours ont permis au village de pêche de Sainte-Anne-de-la-Pérade de compléter l’installation des 500 chalets. Vendredi matin, il restait une vingtaine de cabanes à installer et les pourvoyeurs s’affairaient à tout conclure pour les prochains jours qui s’annoncent plus occupés.

«Le temps froid est parfait, illustre Steve Massicotte, le président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne. La glace continue d’épaissir, les cheminées des chalets boucanent à plein.»

Selon M. Massicotte, le taux d’achalandage de jour est d’environ 60 % entre Noël et le jour de l’An. Le rythme des réservations se compare à l’an dernier. Mais les amateurs de poulamon sont plus nombreux dès le 2 janvier.

«C’est là que ça part pour vrai. On a un taux d’achalandage de 90 % à 95 % entre le 2 et le 8 janvier. Et de soir, le taux d’achalandage est d’environ 30 %.»

Du côté du lac Saint-Pierre, la pourvoirie Martin Pêcheur de Yamachiche a amorcé sa saison le 20 décembre. Étant située dans la baie de Yamachiche, cette pourvoirie peut accueillir ses clients assez tôt dans la saison.

«On est sur le lac Saint-Pierre, mais il n’y a pas de courant ici, donc ça gèle plus vite. On a une douzaine de cabanes sur 30 qui sont installées. Avec les froids qu’on a, ça nous aide. Pour nous, c’est de l’or!», commente le gérant, Denis Saint-Pierre.

Selon ce dernier, le début de saison est assez intéressant, côté achalandage.

«C’est surprenant avec des froids de même. On a des gens de Joliette, de Québec, de Montréal, de Drummondville. Pour la fin de semaine, on a cinq ou six réservations. C’est bon pour un début de saison. Le gros de la saison commence après le 1er janvier. Les fins de semaine, on manque de cabanes.»

Selon M. Saint-Pierre, les brochets et les dorés sont présents en bonne quantité.