Saint-Élie-de-Caxton poursuit sa réflexion concernant le produit à offrir lors de la prochaine haute saison touristique.
Saint-Élie-de-Caxton poursuit sa réflexion concernant le produit à offrir lors de la prochaine haute saison touristique.

Tourisme à Saint-Élie-de-Caxton: la réflexion se poursuit

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — À quelques mois de la haute saison touristique, Saint-Élie-de-Caxton poursuit sa réflexion quant au produit à offrir aux visiteurs en 2020, d’autant plus que la prochaine saison sera la première sans la contribution de Fred Pellerin.

Le conteur et Jeannot Bournival ont annoncé l’été dernier qu’il ne renouvelaient pas leur entente avec la Municipalité. La disparition des contes de Fred Pellerin diffusés lors des balades en carriole force Saint-Élie à se virer de bord. Déjà en septembre, Robert Gauthier déclarait que Saint-Élie devait diversifier son produit touristique afin de maintenir l’intérêt des visiteurs. Mais cette offre doit aussi venir des entreprises privées, plaide le maire.

«Le fait que Fred décide de ne pas renouveler son contrat change la donne à Saint-Élie, rappelle M. Gauthier. On a pris acte de cette décision en août, on regarde différentes avenues et on est en consultations, en réflexion et en discussions avec différents intervenants du milieu. Le fait qu’on ne mette pas les histoires de Fred dans nos carrioles, soit on met autre chose ou on les arrête. On ne sait pas encore. Il y aura une saison touristique en 2020 à Saint-Élie. Ce qu’on va offrir, ce que d’autres vont offrir, ça reste à être annoncé. Il y a la Municipalité, mais aussi le privé. On ne veut pas avoir le monopole de tout se qui se fait à Saint-Élie.»

La Municipalité vient d’embaucher pour six mois une nouvelle ressource au service des loisirs, de la culture et du tourisme. Geneviève Bédard fera son arrivée dans les jours qui viennent à titre de coordonnatrice.

«On a des besoins et le fait de l’embaucher se justifie. On a besoin temporairement de personnel», mentionne M. Gauthier qui précise que malgré l’absence au travail depuis plusieurs mois de la directrice du service, Martine Painchaud, cette dernière est toujours officiellement une employée de la Municipalité.

En carriole

Saint-Élie ignore toujours si elle présentera ou non un contenu audio durant les balades en carriole. Mais si la Municipalité décide d’utiliser les carrioles, elle pourra le faire sans problème en 2020.

Depuis 2019, Saint-Élie profite d’un projet-pilote avec le gouvernement concernant l’utilisation de carrioles. Cette entente de trois ans découle d’une permission accordée par le ministère des Transports du Québec il y a près d’un an, car en décembre 2018, la Municipalité apprenait que les balades en carriole étaient une activité illégale. Cela contrevenait à l’article 428 du Code de la sécurité routière.

Différentes conditions encadrent l’utilisation des carrioles comme la formation du personnel et la détermination d’une limite de vitesse maximale de 10 km/h. L’objectif de ce projet-pilote est d’amener le gouvernement à modifier le Code de la sécurité routière afin de permettre leur utilisation de façon permanente.