L’amélioration du service de transport en commun constituera l’un des faits saillants du prochain budget de la Ville de Shawinigan, qui sera adopté le 18 décembre.

Toujours en mode contrôle des dépenses

SHAWINIGAN — Même si la Ville de Shawinigan s’attend à dégager un surplus de 657 000 $ en 2018, le maire, Michel Angers, mentionne qu’un contrôle rigoureux des dépenses guide encore les élus dans la préparation du prochain budget. Bien que l’exercice ne soit pas encore terminé, il semble que le conseil municipal décidera de bonifier sa contribution à la Régie de transport en commun de Shawinigan pour mieux répondre aux attentes des utilisateurs.

En séance publique mardi, M. Angers a annoncé que le budget de l’année 2019 serait adopté le 18 décembre à 19 h. Habituellement, les élus approuvaient les orientations de la prochaine année en séance extraordinaire en fin d’après-midi. Le nombre de citoyens qui se déplaçaient à cette occasion pouvait se compter sur les doigts d’une seule main.

L’administration municipale devait attendre le retour du maire, qui s’est déplacé en France et en Chine du 7 au 18 novembre, avant de plonger dans l’élaboration du prochain budget. Les premières rencontres se sont donc déroulées cette semaine.

«Nous sommes toujours dans les mêmes affaires: compresser les dépenses le plus possible», commente M. Angers. «Nous avons plein de projets, qui nous donneront éventuellement beaucoup d’air. On n’a qu’à penser à Nemaska Lithium, à la résidence du Groupe Château Bellevue. Nous avons aussi d’autres projets d’entreprises. Tout ça va rapporter, à un moment donné, de nouveaux revenus fonciers. Mais nous sommes encore dans un contexte budgétaire serré.»

Le maire se désespère de voir tomber toute cette neige depuis deux semaines. Lors de la dernière séance publique, Alain Gravel, directeur du Service des finances, est venu déposer l’état comparatif des revenus et des dépenses au 30 septembre et si la tendance se maintient, la Ville défoncera de 1,1 million $ le budget qui avait été prévu en 2018 pour le déneigement.

En fait, l’administration municipale avait réservé tout près de 7 millions $ pour ce poste cette année et au 30 septembre, elle avait déjà englouti 5,7 millions $. Selon ses prévisions, les dépenses en déneigement atteindront 8,1 millions $ en 2018, un montant qui ne pouvait tenir compte des accumulations anormalement élevées de novembre.

«Je rappelle qu’en 2018, nous avions déjà ajouté 1,5 million $», précise le maire.

Taxe d’eau

Les Shawiniganais verront apparaître une nouvelle évaluation pour leur propriété en 2019, en raison de l’entrée en vigueur du rôle d’évaluation foncière 2019-2020-2021.

Le marché s’est beaucoup stabilisé au cours des dernières années; même que le secteur résidentiel connaît une première baisse moyenne de valeur depuis la fusion.

«On se rappelle des bulles qu’ont connues les résidents qui habitent sur le bord de l’eau», se remémore le maire. «Ça risque moins d’être le cas cette fois-ci. Un rôle stable, ce n’est pas une mauvaise nouvelle.»

Par contre, l’augmentation anticipée de la taxe d’eau influencera la facture des contribuables. Traditionnellement très basse à Shawinigan à moins de 100 $, elle a connu une première poussée en 2018, à 114 $, en plus d’un montant de 8 $ pour le service de la dette relié aux travaux de mise aux normes pour les installations. Cette taxe poursuivra assurément sa montée en 2019, convient le maire.

D’ailleurs, en décembre dernier, il avait annoncé qu’elle atteindrait sans doute 200 $ au cours des prochaines années.

«On le dit depuis le début», rappelle M. Angers. «C’est un projet de 64 millions $, dont une quinzaine de millions $ qui viendront d’une tarification. Nous rejoindrons éventuellement les autres. Pendant plusieurs années, nous avons eu une taxe très inférieure aux municipalités autour.»

Par ailleurs, depuis quelques mois, des utilisateurs du transport en commun se relayent en séance publique pour réclamer un meilleur service. Il semble qu’ils aient été compris, car le maire glisse qu’ils seront «très contents» des mesures qui seront annoncées.

En 2018, la Ville a versé une subvention de 218 552 $ et une quote-part de 104 382 $ à la RTCS pour le transport adapté, 669 861 $ pour le transport régulier et 148 827 $ pour l’Accès-bus. Tout indique que ces contributions seront bonifiées en 2019. Rappelons que le contrat avec Transport urbain de la Mauricie se termine en février.

«Le message qu’on veut lancer aux gens qui sont intervenus en séance publique, c’est que nous les avons entendus», avance le maire. «Nous allons améliorer notre service et inciter plus de monde à utiliser le transport en commun. Il y a une question de budget, mais c’est sûr que ça va coûter plus cher (à la Ville).»