De gauche à droite: Norman John Hébert, chef de l’expérience client Mercedes-Benz de Québec et du Groupe Park Avenue, Annie Guertin, directrice des communications et des affaires publiques Transition Énergétique Québec, Normand Martel, grand gagnant de la Maison Fondation Maurice Tanguay Novoclimat, sa conjointe Jeanne-Mance Ayotte et Charles Tanguay, vice-président ventes et finances des Ameublements Tanguay.

Tirage de la Maison Fondation Maurice Tanguay: «C’est tellement gros et tellement imprévisible»

TROIS-RIVIÈRES — Le Shawiniganais qui a remporté le tirage de la Maison Fondation Maurice Tanguay Novoclimat, dimanche, commence à peine à réaliser ce qui lui arrive. Quoi qu’il en soit, Normand Martel se réjouit de ce cadeau inespéré pour lui et sa famille.

«C’est difficile à réaliser! On a déposé le chèque, mais on n’a rien fait de spécial encore. Peut-être qu’au moment où on va commencer à dépenser on va le réaliser plus. C’est tellement gros et tellement imprévisible», lance Normand Martel.

Ce dernier avait le choix entre la construction de la maison sur un terrain de son choix, un prix d’une valeur totale de 660 000 $, ou le prix argent, une somme de 500 000 $. Il a choisi de prendre l’argent.

«On est retraités et on n’avait pas le goût de s’investir dans une autre maison alors on a pris l’argent. On va en faire profiter nos enfants, on va finir de payer nos affaires et on va voyager», souligne-t-il.

«Une semaine avant, on parlait de voyage parce qu’on est à la retraite, mais on n’avait pas prévu ce montant-là, ça va peut-être changer nos choix», ajoute-t-il.

Normand Martel, qui a quatre enfants et quatre petits-enfants, veut également se procurer un bon vélo puisqu’il est un maniaque de ce sport. D’ailleurs, c’est au Salon du vélo à Québec qu’il s’était procuré son billet.

«C’est quelque chose! Il y avait 220 000 billets! Quand j’ai reçu l’appel, j’ai dit à ma blonde que j’allais gagner!», souligne M. Martel.

Le tirage avait lieu à l’Hôtel contemporain Bonne Entente de Québec et a été retransmis en direct sur les ondes de TVA dimanche.

«Je me suis réveillé cette nuit et j’ai regardé le tirage sur la tablette. C’est plus énervant le regarder que de le vivre», lance en riant le retraité du Cégep de Shawinigan.

Maintenant que le chèque est déposé, il ne reste qu’à en profiter pour le Shawiniganais qui a appris qu’il était finaliste seulement vendredi dernier.

«On veut bien l’utiliser alors on va rencontrer un planificateur financier pour en faire bon usage», note-t-il.

Rappelons que les profits des ventes de billets servent à améliorer le bien-être des enfants handicapés.