Jean-François Blais, l'un des sinistrés de Yamachiche, est venu expliquer la situation au chef du NPD, Thomas Mulcair. Il est ici entouré de Robert Aubin, député de Trois-Rivières, Jacques Pellerin, responsable des mesures d'urgence, le maire Michel Isabelle, le préfet de la MRC de Maskinongé Robert Lalonde ainsi que le chef du NPD, Thomas Mulcair.

Thomas Mulcair à Yamachiche: «Le pire est à venir»

Il ne faudra négliger aucun effort pour venir en aide aux victimes des inondations dans l'est du Canada, notamment du côté de Yamachiche, et faire appel à l'armée si cela est nécessaire. C'est du moins l'avis du chef néodémocrate, Thomas Mulcair, qui était de passage en Mauricie vendredi pour venir constater les dégâts causés non seulement par les inondations, mais également par les vagues des bateaux sur le lac Saint-Pierre.
D'importantes vagues seraient la cause des dommages sur les terrains de résidents de Yamachiche aux abords du lac Saint-Pierre la semaine dernière.
En point de presse du côté de Yamachiche, vendredi matin, Thomas Mulcair a pressé le gouvernement fédéral d'agir le plus rapidement possible pour venir en aide aux sinistrés, d'autant plus que les pluies annoncées au cours des prochains jours témoignent, selon lui, que «le pire est à venir».
«C'est une situation rarissime et grave qui s'annonce. C'est vraiment très sérieux. Je pense qu'il ne faut épargner aucun moyen pour venir en aide aux gens. Tout le reste n'a pas d'importance. Mais il y a des gens à travers le Québec, l'Ontario, l'Atlantique qui vont avoir besoin d'aide et tout ce qu'il est possible de faire, le gouvernement fédéral doit le faire. Il ne faut pas attendre», a-t-il déclaré, répondant notamment par l'affirmative à une question sur la nécessité ou non de déployer l'armée pour venir en aide aux sinistrés. Soulignons qu'en fin d'après-midi, le ministre Martin Coiteux annonçait qu'il avait finalement fait appel à l'armée pour les municipalités du Québec.
Accompagné des députés de la région Robert Aubin et Ruth Ellen Brosseau, Thomas Mulcair a notamment exhorté le gouvernement libéral de faire la lumière sur l'événement survenu à Yamachiche, où des vagues de plus de six pieds, possiblement causées par un navire circulant trop rapidement sur le fleuve, ont causé des dommages importants aux résidences situées aux abords du lac Saint-Pierre et déjà inondées par la crue printanière.
«Une enquête, il n'y en a pas de déclenchée. Il y a un enquêteur qui collige des données pour conseiller le ministre sur la nécessité de l'enquête à tenir. La directive reçue de Pêches et Océans est elle aussi assez floue: les pilotes doivent naviguer à une vitesse sécuritaire. Ça ne m'apparaît pas être très normé. On continue, on va mettre de la pression pour que cette enquête-là soit déclenchée parce que dans le cas des vagues, on n'est pas dans une cause de catastrophe naturelle. Il doit y avoir quelqu'un quelque part qui est imputable pour les malheurs que les gens vivent», croit le député de Trois-Rivières et porte-parole du NPD en matière de transport.
«Je salue le travail de tous ceux qui viennent en aide aux sinistrés. Nous sommes de tout coeur avec les victimes, les gens qui sont pris dans cette situation. Les questions que nous avons posées demeurent encore aujourd'hui sans réponse claire. Il faut venir en aide à ces personnes prises avec les dommages de plusieurs dizaines de milliers de dollars», a ajouté la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau.
Peu après les événements, Ginette Lebrun et Christian Montigny ont dû ramasser les dégâts.
Un citoyen de l'endroit a cependant fait remarquer au Nouvelliste que depuis la sortie publique des résidents en colère d'avoir subi tous ces dommages, le trafic sur le fleuve a considérablement ralenti.
Thomas Mulcair a par ailleurs rappelé que le gouvernement libéral se devait aussi d'agir dans les fonds dégagés pour les situations d'urgence, dont les inondations causées en raison des changements climatiques. «Il est grandement temps que le gouvernement commence à agir. Le gouvernement conservateur avait réduit de 9 % les transferts d'argent en cas d'urgence vers les provinces, et le gouvernement libéral n'a rien fait pour les ramener, chose que l'on demande aujourd'hui», lance le chef du NPD.
Le maire Michel Isabelle a pour sa part salué l'entraide et la solidarité des citoyens dans ces conditions, en plus de remercier Thomas Mulcair pour «l'appui de taille» manifesté par sa visite dans cette municipalité.
Au total, 75 résidences se trouvent dans la zone inondée du lac Saint-Pierre à Yamachiche, dont une trentaine sont des résidences principales et actuellement habitées. La Municipalité a fourni du sable pour les citoyens qui souhaitent barricader les maisons et une ronde de sécurité est effectuée deux fois par jour. Des mesures ont aussi été prises pour que les services d'urgence puissent se déplacer à cet endroit rapidement si, par exemple, un citoyen devait avoir besoin d'une ambulance ou de la police.