Solange Comtois Lemire

Solange Comtois Lemire: quatre décennies d’implication

Solange Comtois Lemire a toujours eu une vie remplie. Alors qu’elle pourrait prendre du temps pour elle, la dame de Baie-du-Febvre continue de se dévouer pour autrui. On a entre autres souligné cette année ses 40 ans d’implication au sein de l’organisation du Noël du pauvre.

Originaire de Ham-Sud, Mme Comtois Lemire a grandi à Warwick. Elle travaillait comme aide-infirmière à l’hôpital Christ-Roi de Nicolet quand elle a rencontré celui qui allait devenir son mari. En 1957, elle s’installait avec son époux sur la ferme laitière qu’il exploitait à Baie-du-Febvre.

Le couple a eu quatre enfants, et Mme Comtois Lemire se décrit comme «femme collaboratrice» pour qualifier son rôle, jusqu’au décès de son mari en 1981.

«Après la mort de mon mari, j’étais responsable de la ferme avec des employés. Mes enfants étaient aux études. J’ai continué à administrer la ferme avec des employés pendant 12 ans, raconte-t-elle avant de mentionner qu’un de ses fils a pris la relève, constituant ainsi la huitième génération d’exploitants de la terre familiale.

C’est à l’invitation d’amies de Nicolet que la Centricoise a commencé à s’impliquer dans sa communauté. «J’avais des amies qui étaient dans le Noël du pauvre à Nicolet. Elles m’ont dit: «Pourquoi vous ne feriez pas partie du Noël du Pauvre, vous aussi, à Baie-du-Febvre?» J’ai organisé un comité de bénévoles», raconte-t-elle simplement.

Pendant ses quatre décennies dans l’organisation, elle a entre autres fait partie du conseil d’administration central en tant que représentante de la rive sud. Elle a notamment contribué à développer la participation de Bécancour dans le Noël du pauvre. En 2017, l’organisation locale a aidé huit familles de Baie-du-Febvre.

Depuis 2007, notre Tête d’affiche est aussi impliquée dans l’Association des auxiliaires bénévoles des établissements de santé du Québec. Elle est vice-présidente de l’association, en plus de réaliser ses heures de bénévolat dans différents établissements, dont les centres hospitaliers Christ-Roi à Nicolet et Sainte-Croix à Drummondville.

La liste des implications bénévoles de la Baievilloise comprend aussi l’offre de transport à des concitoyens qui doivent se rendre à des rendez-vous médicaux ou à l’épicerie, par exemple. Elle accompagne régulièrement des gens qui n’ont pas de voiture aux établissements de santé de Trois-Rivières et de Drummondville.

Mme Comtois Lemire est associée à l’organisme Centraide depuis des dizaines d’années, et elle est encore, à ce jour, présidente de Centraide Baie-du-Febvre. Elle siège également au sein du conseil d’administration de l’Office municipal d’habitation de sa localité.

Solange Comtois Lemire s’est impliquée dans d’autres secteurs de la vie publique. Elle a complété deux mandats de conseillère municipale, débutant au moment de la fusion de Baieville, Sainte-Antoine et Saint-Joseph-de-la-Baie-du-Febvre, les trois entités qui allaient constituer la municipalité de Baie-du-Febvre en 1983.

La dame a également assumé la responsabilité des bénévoles qui œuvraient au Centre d’interprétation de l’oie blanche dans les années 1990, et fut désignée présidente d’honneur de la Grande tablée du lac Saint-Pierre en 2015.

«L’implication, c’est ce qui nous tient en forme. Le bénévolat est dans toi et toi tu es dans le bénévolat. Tu vas donner, mais tu reçois beaucoup!», répond la dame qui refuse de dévoiler son âge, quand on s’enquiert des motivations qui l’incitent à continuer à donner autant de son temps pour aider son prochain.