Desmond James Burman

Les loisirs pour le développement de la personne

Desmond James Burman croit que la pratique de loisirs permet d’acquérir un mieux-être, mais s’avère aussi un outil de prévention de maux autant physiques que psychologiques. C’est notamment ce qui motive son implication au Centre Loisir Multi-Plus, dont il préside le conseil d’administration depuis 27 ans.

Psychoéducateur, M. Burman a pris sa retraite comme gestionnaire en centre jeunesse en 2004. Son implication au Centre Loisir Multi-Plus remonte à il y a une trentaine d’années. Il avait été invité à se joindre au conseil d’administration du centre, dont la gestion avait été confiée à une corporation en 1986 après avoir été sous l’égide de la Ville de Trois-Rivières. Créé en 1957, l’organisme fut connu sous le nom du Centre Notre-Dame-de-la-Paix, en référence au quartier dans lequel il avait émergé.

«Comme je travaillais en psychoéducation avec des gens en difficultés, je me suis dit: ‘‘Je vais aller voir du monde qui ne se pose pas trop de questions...!’’ Nous, les psychologues et les psychoéducateurs, on a une espèce de déformation professionnelle: on se pose toujours des questions existentielles sur l’être humain», confie M. Burman en évoquant l’aspect plus léger qui l’a attiré et lui a plu dans ses premiers contacts avec le centre.

L’homme s’est vu confier la présidence du conseil d’administration du Multi-Plus en 1990 et ne l’a pas quittée depuis. Il endosse parfaitement la mission des centres communautaires de loisirs, qui privilégie le développement holistique de la personne. Dans cette philosophie, le loisir est vu comme un vecteur de développement, mais aussi de prévention et d’intégration sociale et culturelle. 

«C’est en continuité avec ma formation qui vise à aider les gens. Je crois en la mission des centres communautaires de loisirs. Ce que j’ai fait au long de mes mandats à la présidence, c’est ça la base: c’est de permettre aux gens d’acquérir un mieux-être», indique celui qui a notamment géré deux agrandissements du centre de la rue Jacques-De Labadie.

Aujourd’hui, le Centre Loisir Multi-Plus propose quelque 125 activités différentes, autant pour les enfants, les aînés, les adultes que les adolescents. Du yoga à la cuisine en passant par la natation, la musique, les langues, la danse en ligne, l’informatique, la couture ou le vitrail, l’endroit offre une panoplie d’activités qui peuvent attirer plus de 3000 personnes par session.

«J’ai participé à plusieurs activités, et je trouve intéressant de voir ce que ces activités peuvent représenter pour les gens. Pour moi, c’est du préventif. J’entendais une dame qui disait que c’était sa sortie de la semaine, c’était son social. Ça me touche beaucoup», témoigne M. Burman en donnant de la valeur à l’occasion, pour certaines personnes, de briser leur isolement. 

Dans le futur, il souhaiterait «créer un milieu de vie» qui pourrait réunir les générations. L’idéal d’augmenter le nombre d’activités offertes est aussi envisagé, mais un troisième agrandissement serait nécessaire pour réaliser ces projets.

Le financement est toujours l’enjeu qui limite les ambitions. «J’aimerais que les gens et le gouvernement comprennent que le loisir est important même au plan financier. Si les  gens sont capables de jouer, d’avoir des loisirs, on va probablement acheter moins de médicaments. On aura une société plus en santé. Mais je pense que ça évolue. Les gens le comprennent de plus en plus», constate-t-il.

Depuis 15 ans, M. Burman est également impliqué dans la Fédération québécoise des centres communautaires de loisirs. Il est deuxième vice-président du conseil d’administration de cette fédération qui regroupe quelque 80 centres au Québec, et a siégé sur plusieurs de ses comités.

M. Burman agit par ailleurs comme deuxième vice-président du Regroupement des bingos de Trois-Rivières. Pour souligner l’assiduité de son implication, notre Tête d’affiche a récemment reçu le Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin, volet régional, décerné par l’Unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie.