Élyse Bompeix

Le bénévolat de famille

Élyse Bompeix, 19 ans, est la troisième soeur Bompeix à recevoir le trophée Bénévolat Jeunesse décerné par le Centre d'action bénévole de Grand-Mère. Avant elle, ses soeurs Sofiane et Mireille ont aussi été récompensées pour leur assiduité dans l'implication au sein de plusieurs organisations et au profit de diverses causes.
Tout comme sa soeur Mireille, qui avait été désignée Tête d'affiche en 2015, Élyse Bompeix a commencé à s'impliquer dès l'école primaire. À l'école de Sainte-Flore, elle participait à des campagnes de financement pour venir en aide aux citoyens d'un village de la Sierra Leone. Élyse se souvient entre autres avoir vendu des produits équitables pour soutenir des habitants de ce pays africain qui vivaient dans la pauvreté.
À l'école secondaire du Rocher, elle a joint Amnistie internationale et participé aux campagnes de sensibilisation organisées par l'organisme voué au respect des droits humains.
«Je me suis impliquée dans Amnistie parce que je voulais changer le monde! Je voulais faire découvrir aux autres c'était quoi les difficultés dans les autres pays. On a fait plusieurs campagnes. Par exemple, on a envoyé des lettres pour demander la libération de prisonniers d'opinion», explique-t-elle.
Membre du comité organisateur du bal des finissants de son école, elle s'est particulièrement dédiée aux activités de financement du bal. Cette année-là, elle a aussi mérité la médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour la jeunesse, une mention qui souligne l'excellence de l'engagement bénévole de jeunes qui atteignent aussi leurs objectifs scolaires.
Au secondaire, outre ses implications dans Amnistie internationale et le comité du bal, Élyse Bompeix avait aussi donné de son temps à des organisations comme celles de la campagne des paniers du Noël des Nôtres, de la Grande guignolée des médias et du Relais pour la vie. 
«J'ai fait et je fais encore du porte-à-porte pour amasser de l'argent pour le Noël des Nôtres. Mon grand-père avait commencé ça, puis ma mère l'a suivi, et après, j'ai aidé ma mère...», cite Élyse Bompeix en faisant référence à son grand-père maternel Richard Dessureault, qui avait également été lauréat Tête d'affiche en 2015 après avoir mérité le trophée Micheline M. Villemure, remis par le CAB de Grand-Mère pour couronner l'ensemble de son oeuvre bénévole.
Oui, l'élan de s'impliquer dans son milieu semble couler dans le sang des Dessureault-Bompeix! Comme sa grand-mère, sa mère et ses soeurs, Élyse a aussi cheminé au sein du mouvement guide. Après avoir été Étincelle, Jeannette et Guide, elle est maintenant animatrice auprès des Jeannettes. «On a des réunions une fois par semaine. On fait des jeux, des bricolages, on apprend les techniques de base de la survie en forêt, on prépare des camps d'hiver et d'été», énumère-t-elle.
Étudiante en deuxième année en soins infirmiers au Collège Shawinigan et employée comme préposée aux bénéficiaires au Centre Laflèche, Élyse Bompeix trouve le temps de donner des cours de patinage aux enfants le dimanche matin, bénévolement, à l'aréna de Grand-Mère. Elle s'était elle-même initiée au patinage artistique à l'âge de cinq ans.
Dans le cadre de ses études en soins infirmiers, la jeune femme a réalisé un stage humanitaire au Pérou en mai dernier. «J'ai vraiment aimé être avec du nouveau monde, découvrir une nouvelle culture. Ça m'a aussi fascinée de voir comment ils arrivent à soigner, là-bas, avec peu de moyens», dit-elle, fière d'y avoir laissé, avec son confrère et ses consoeurs, le contenu d'une dizaine de valises de matériel médical et de médicaments.
Au Collège Shawinigan, la future infirmière aide aussi d'autres étudiants dans leurs travaux en laboratoire, via le Centre d'aide à la réussite en soins infirmiers.
Quand on lui demande ce qui la motive à s'impliquer, Élyse Bompeix répond tout simplement: «J'aime rencontrer du nouveau monde, transmettre mes connaissances. Je veux continuer à faire du bénévolat. Ça occupe mes temps libres!»