Julie Alix

Julie Alix: une mère engagée

En déménageant à Sainte-Gertrude il y a 15 ans, Julie Alix a vécu le syndrome de l'imposteur. Mais après plus de 15 ans à s'impliquer corps et âme dans sa municipalité et au sein de l'école Despins, la mère de trois enfants est maintenant reconnue comme une femme engagée et ayant à coeur son milieu.
Accumulant les projets et les implications, il n'aura suffi que d'une action tenant à coeur à Julie Alix pour lui donner la piqûre de l'engagement dans son milieu. 
Alors qu'une réorganisation des services professionnels à l'école Despins avait lieu en 2010, occasionnant du même coup le transfert de plusieurs élèves, la jeune femme ne comptait pas rester les bras croisés. «Lors d'une rencontre concernant le transfert de plusieurs élèves, quelques parents trouvaient que j'avais des bonnes questions et que j'avais l'air d'avoir du potentiel pour m'impliquer. 
C'est donc à ce moment que des gens sont venus me chercher pour que je m'implique», raconte Julie Alix.
De fil en aiguille, une succession de projets et d'implications se sont imposés d'eux-mêmes. Présidente du conseil d'établissement de l'école Despins pendant trois ans en plus d'être membre active du conseil encore aujourd'hui, membre du comité de parents de la commission scolaire, implication pour le projet d'échange étudiant La Rochelle, membre du comité de parents dans le projet pour la rénovation du parc-école Despins, membre du comité local de Sainte-Gertrude et la liste pourrait encore s'allonger. 
En plus des obligations familiales et de son travail, la quadragénaire avoue devoir faire certains compromis pour concilier le tout avec ses nombreuses implications. 
«J'avoue que ça prend un conjoint qui est très patient. Il faut aussi dire qu'à un certain moment, j'ai dû laisser aller quelques comités, car je faisais ça pour les enfants, mais ironiquement je ne les voyais pas assez à cause de mon implication», avoue Mme Alix.
Une chose est certaine, si elle doit choisir entre deux projets, la jeune maman avoue être plus interpellée par ceux qui ont un lien avec l'école Despins.
La revitalisation du parc-école est d'ailleurs l'un de ces projets qui a germé dans le coeur de Julie Alix. La dame qui constatait le piètre état du parc-école souhaitait plus que tout faire changer les choses. Quatre ans se sont écoulés avant que la maman de trois enfants soit en mesure de réaliser son projet. C'est cependant en 2012 que le nouveau parc-école à l'école Despins a finalement vu le jour.
«Je suis particulièrement fière de ce projet-là puisque c'est moi qui l'ai initié au départ. Mais ce que je trouve motivant, c'est de voir ce qu'on est capable de faire en peu de temps dans un projet», confie-t-elle.
Celle qui n'a pas peur de s'impliquer dans mille et un projets en plus de ses obligations familiales estime que sa force de caractère est sans contredit ce qui lui rend le plus service dans ses nombreuses implications. 
«Pour s'impliquer autant dans la communauté, il faut être persévérant même quand un projet nous semble impossible. Mais c'est certain qu'il faut aussi avoir une tête de cochon. C'est d'ailleurs ce qui me pousse à travailler encore plus fort quand quelqu'un me dit que je n'y arriverai pas», sourit-elle.
Même si ses enfants quitteront éventuellement l'école primaire Despins, Mme Alix souhaite poursuivre son implication auprès de l'établissement pendant plusieurs années. «Je vais continuer aussi longtemps que les gens auront envie de me voir et tant que je vais pouvoir aider ma communauté», conclut-elle.