Gisèle Houde
Gisèle Houde

«Je donne, mais je reçois aussi»

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
BÉCANCOUR — Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec, certificat de reconnaissance de la Croix-Rouge, présidence d’honneur du 20e anniversaire du Centre d’action bénévole de Bécancour, bénévole de l’année de la Ville de Bécancour (1985). Notre Tête d’affiche, Gisèle Houde, collectionne les honneurs grâce à son implication discrète, mais efficace, dans une foule d’organisations.

Native du secteur Gentilly, Mme Houde a quitté la région pendant 11 ans pour exercer sa profession d’enseignante. Dès son retour dans son patelin, en 1975, elle a décidé de consacrer ses temps libres partout où ses services ont été requis dans son milieu.

«Je suis une personne qui dit oui tout le temps et qui réfléchit après», dit-elle en riant pour expliquer pourquoi elle s’est impliquée dans autant de causes, au fil de sa vie. Le tout a commencé dans les années 1980 alors que le curé cherchait quelqu’un pour la pastorale et la catéchèse. «J’ai suivi une formation pour ça», précise-t-elle.

Rapidement, elle se retrouve aussi dans l’organisation du Carnaval de Gentilly. Sa fille est d’ailleurs la présidente désignée pour l’édition 2021, signale-t-elle avec fierté, comme quoi le bénévolat coule dans le sang de la famille.

En 1992, Gisèle Houde devient agente de développement au Centre d’action bénévole de la MRC de Bécancour, une tâche sur mesure pour une personne qui, comme elle, veut rendre service aux autres. «J’ai été rémunérée pendant 5 ans», dit-elle. Par la suite, c’est bénévolement qu’elle continuera à s’y impliquer en devenant le bras droit de la nouvelle agente de développement communautaire du CAB.

Une de ses actions préférées, c’est de participer à l’organisation des dîners communautaires mensuels du CAB auxquels près 80 personnes prennent part. «Ça brise l’isolement des personnes âgées», se réjouit-elle.

La belle équipe dont elle fait partie et qui organise cette activité permet non seulement d’offrir un repas, mais d’y intégrer aussi des conférences, des musiciens, de l’animation et des tirages de prix de présence.

Gisèle Houde est de tous les grands événements de sa communauté. En 2001, à l’occasion des fêtes du 325e anniversaire de la Seigneurie de Gentilly, elle s’est impliquée au sein du comité organisateur pour recevoir une délégation de la communauté de Gentilly, en France.

Une des implications qui plaît le plus à notre Tête d’affiche, toutefois, c’est L’Écho de mon clocher, un petit périodique local qui permet aux citoyens du secteur Gentilly de se tenir au courant des événements ponctuels qui surviennent dans leur patelin.

Cofondatrice de ce mensuel lancé en 2006, dont l’objectif est de favoriser un sentiment d’appartenance, elle en est également la correctrice et apporte du soutien aux autres artisans qui le rédigent. «Je vais notamment chercher des commanditaires pour nous financer», dit-elle, ce qui implique d’aller cogner à la porte des commerces et organismes. «Nous avons une très bonne équipe et on s’entend très bien», assure-t-elle. On y raconte des potins, on y parle des événements et des gens de la place. La Ville de Bécancour finance l’impression.

En plus de toutes ces implications, Gisèle Houde est présidente de la coopérative d’habitation où elle vit. Pour elle, cela signifie qu’il faut appeler le plombier, l’électricien ou le réparateur lorsqu’un bris survient dans la bâtisse, une tâche que remplit très bien cette dame de 77 ans à la santé de fer en collaboration avec son mari. Sa présidence implique aussi des contacts réguliers avec les autres locataires. «Deux fois par semaine, on joue aux cartes ensemble», dit-elle. Encore là, c’est une façon de briser l’isolement.

Depuis son initiation, en 1980, Mme Houde est membre des Filles d’Isabelle du cercle Saint-Édouard 1106 dont elle fut régente pendant 4 ans et secrétaire, pendant 8 ans.

«Quand tu penses aux autres, tu ne penses pas à tes bobos», plaide-t-elle. «Et j’aime rendre service», fait-elle valoir.

Mme Houde confie que le bénévolat lui a beaucoup apporté. «Je donne, mais je reçois aussi», explique-t-elle. «Le bénévolat m’a permis de me découvrir.»