Hélène Robert,

Hélène Robert: jamais sans ses livres

Saint-Édouard-de-Maskinongé — Un silence presque religieux règne habituellement dans les bibliothèques publiques. À Saint-Édouard-de-Maskinongé, la bibli est plutôt un lieu de rencontres et d’échanges animés pour les citoyens.

Un étalage de tisanes variées, de thés et même du café sont mis à la disposition des membres. On ne vient pas ici juste pour emprunter un livre, mais aussi pour refaire le monde avec ses voisins.

Ce petit coin sympathique, niché dans l’édifice municipal, n’est ouvert qu’un seul soir par semaine. Depuis cinq ans, de novembre à fin mai, on ouvre aussi le mardi après-midi, question d’accommoder ceux et celles qui n’aiment pas sortir le soir.

La coordination de la bibliothèque est assurée par Hélène Robert, une passionnée de lecture. Et ça fait 38 ans que ça dure.

Cette enseignante, aujourd’hui retraitée, avait levé la main pour s’occuper bénévolement de la bibliothèque municipale peu de temps après avoir déménagé à Saint-Édouard avec son conjoint alors qu’ils étaient tous les deux dans la jeune trentaine.

La tâche, insiste-t-elle, serait insoutenable si ce n’était des précieux bénévoles qui l’appuient dans cette mission. L’une de ces bénévoles, Jocelyne Gerbeau, est là depuis le début. D’autres sont fidèles au poste depuis 25 ans.

C’est qu’il ne s’agit pas seulement de prêter et de reprendre des livres, explique Mme Robert. La petite bibliothèque fait en effet partie du Réseau Biblio du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Mauricie qui permet un échange fluide des titres en demande. Il y a des réunions et des exigences à suivre, explique-t-elle, surtout depuis l’avènement de l’informatisation qui se fait de plus en plus présente. Il faut répondre aux courriels, maîtriser de nouveaux logiciels et composer avec de nouvelles réalités, comme les livres électroniques. «Je ne suis pas capable de tout faire», avoue-t-elle bien humblement.

Malgré tout, lorsque vient le temps d’acheter des livres, elle prend soin de les choisir en fonction des demandes les plus fréquentes de la communauté.

Lors du Salon du livre de Trois-Rivières, Mme Robert et ses bénévoles louent un petit autobus pour permettre aux citoyens de Saint-Édouard de s’y rendre.

Puisque la bibliothèque est dans le cœur villageois, Mme Robert et son équipe prévoient diverses activités chaque année pour susciter plus d’intérêt pour la lecture. Parfois, cela se fait de façon indirecte comme ce fut le cas lorsque M. Reptile est venu présenter aux enfants plusieurs animaux de sa collection. Parfois, les invités sont des auteurs à succès ou des auteurs de livres pour enfants. Il arrive, dit-elle, que la réponse de la population dépasse les attentes comme ce fut le cas lors du lancement du livre Parcelles d’histoire qui raconte l’histoire de la municipalité. Pas moins de 224 personnes ont participé. C’est énorme considérant qu’à peine plus de 774 âmes composent la population.

Hélène Robert consacre bénévolement une quinzaine d’heures par semaine, en moyenne, à la bibliothèque de son village.

Le plus gros du travail, avec les bénévoles, survient deux fois par année lorsqu’il faut élaguer des titres au profit d’un arrivage de 720 nouveaux livres.

Mme Robert examine alors chacun des rejets, car certains livres sont intemporels et ne passeront pas de mode de par leur caractère éducatif. «Ils vont rester tant que je vais être ici», assure-t-elle.

Son implication indéfectible, depuis toutes ces décennies, lui a valu de recevoir la Médaille du Gouverneur général en avril denier.

Hélène Robert ne se dévoue pas juste pour les livres. Elle et son mari ont toujours eu une sensibilité particulière pour la cause environnementale. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils avaient quitté Montréal, il y a une quarantaine d’années, afin de vivre à la campagne, à Saint-Édouard, où ils cultivent depuis un immense jardin qui fait «à peu près quatre fois la superficie de la bibliothèque», dit-elle. Mme Robert était donc de la grande marche pour le climat qui s’est déroulée à Trois-Rivières et dans bien d’autres causes qui visent à protéger l’environnement.