Jean Roy

Gardien de l’histoire régionale

Jean Roy ne se lasse pas d’approfondir sa passion pour l’histoire et surtout, de la faire rayonner. Professeur retraité de l’Université du Québec à Trois-Rivières, il a mis sur pied et codirige Empreintes, une revue d’histoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Il souhaite également mettre en valeur l’histoire de l’UQTR, qui soulignera ses 50 ans en 2019.

Originaire de Trois-Rivières, Jean Roy y a complété son baccalauréat en histoire, avant de poursuivre son parcours à la maîtrise et au doctorat à Aix-en-Provence. Il a obtenu un poste de professeur à l’UQTR en 1979 et y a œuvré jusqu’à sa retraite en 2008.

Pendant ces années, il a présidé divers organismes, dont la Corporation pour le patrimoine sidérurgique de la Mauricie, l’Institut d’histoire de l’Amérique française et la Société de conservation et d’animation du patrimoine (SCAP) de Trois-Rivières. Il a par ailleurs cosigné plusieurs ouvrages. 

Il a notamment codirigé avec des collègues Histoire de la Mauricie et Histoire du Centre-du-Québec dans la collection Les régions du Québec.

M. Roy a présidé la Corporation du Manoir des Jésuites, dont l’objectif était de conserver le bâtiment aujourd’hui restauré et connu sous le nom de Maison Rocheleau. Cette implication dans l’ancienne ville de Cap-de-la-Madeleine l’a mené à la présidence de la Société d’histoire de Cap-de-la-Madeleine, qui continue d’exister malgré la fusion municipale. L’attachement des Madelinois à leur société d’histoire l’a motivé à s’y impliquer.

«Pour moi c’était un outil pour la diffusion de l’histoire», commente-t-il en mentionnant le tournant qu’il a donné à la publication de la société. «On avait une publication qui était plus de l’ordre du bulletin. J’ai voulu faire davantage, soit une revue qui ne s’adresse pas seulement à nos membres, mais à un plus large public, qui soit accessible facilement dans les lieux publics, dont les bibliothèques», précise-t-il en parlant du Nouveau Madelinois, qui était tiré à 300 exemplaires.

Cette revue a cessé d’exister en 2016 avec l’émergence du projet de la revue d’histoire régionale Empreintes, dont le premier numéro a été lancé en juillet dernier.

«C’est un effet de mon métier d’historien, mais d’historien qui ne travaille pas en vase clos, qui veut être lu et diffusé. Je crois aussi qu’il faut trouver une place pour que la relève s’exprime. Il y a de jeunes historiens qui ont besoin d’un lieu pour faire connaître ce qu’ils font. Une revue comme Empreintes se prête à ça», formule-t-il en évoquant la genèse de la publication dont il est l’instigateur, et qu’il coréalise avec Appartenance Mauricie Société d’histoire régionale.

Les deux premiers numéros sont consacrés à l’année 1867. Plus axé sur le volet politique, le premier se concentre sur la Confédération en Mauricie et au Centre-du-Québec. Le second, qui paraîtra en décembre, sera axé sur d’autres dimensions sociales, toujours autour de l’année 1867. La revue autofinancée grâce aux partenaires financiers, aux abonnements et aux dons, est tirée à 750 exemplaires et est disponible dans 11 points de vente.

«Au départ, je ne pensais pas qu’à la Mauricie. Moi, une grande partie de ma recherche a porté sur le Centre-du-Québec, surtout sur son histoire culturelle et religieuse. Le Centre-du-Québec méritait que l’on trouve des collaborateurs pour continuer à développer son histoire», indique l’historien.

M. Roy est également président de l’Association des professeurs retraités de l’UQTR et s’implique dans un comité qui soulignera les 50 ans de l’institution en 2019.

«On a déjà fait une histoire sur les structures, vue du haut. Moi, j’ai plus d’intérêt pour l’histoire sociale, l’histoire du plus grand nombre. J’ai proposé qu’on fasse l’histoire de l’université vue à partir de ses unités. Une unité, ça peut être un département, un syndicat, une association étudiante, le CAPS...», énumère-t-il. 

Un fichier reposant sur le dépouillement de la presse universitaire sera constitué. Il pourra servir aux unités qui élaboreront leur histoire et la diffuseront sur le support de leur choix en 2019.