Richard Hudon

Donner une place aux artistes

Richard Hudon a œuvré toute sa vie professionnelle dans le domaine de l’électricité. Aujourd’hui, le retraité se définit comme artiste-peintre.

Non seulement continue-t-il de développer sa créativité personnelle, il met aussi à profit ses compétences en gestion et en coordination au sein de l’Association d’artistes-peintres du Centre-Mauricie, un organisme qu’il préside depuis 10 ans.

«Je suis un peintre avant tout. Quand je suis président de l’association, c’est ma job», se décrit le natif de La Tuque, maintenant établi dans le secteur Grand-Mère de Shawinigan. À travers la création d’une trentaine de toiles cette année, il dirige le comité de gestion du regroupement qui réunit quelque 170 peintres, et mène plusieurs projets de front.

Richard Hudon a fondé une entreprise de services d’électriciens avec son beau-frère à La Tuque. Il fut par la suite gestionnaire pour Hydro-Québec, puis consultant pour VFP à Trois-Rivières, avant de redevenir gestionnaire construction pour Hydro-Québec. Lorsqu’il a pris sa retraite en 2006, il était chef surveillant des travaux de la centrale du Rocher-de-Grand-Mère.

«La peinture, ça fait 30 ans que j’en fais. J’ai toujours été attiré par le dessin, la peinture. Mais j’ai commencé à peindre quand ma première épouse, qui est décédée, était à l’hôpital», raconte celui qui a bénéficié de l’enseignement d’Arthur Harvey à La Tuque dans les années 1980, et de Régis Vézina, dans le secteur Lac-à-la-Tortue de Shawinigan, à la fin des années 1990.

À l’aube de la retraite, M. Hudon s’est joint à l’Association d’artistes-peintres du Centre-Mauricie. Il a siégé la première année comme directeur, avant de prendre la présidence du comité de gestion en 2007. Pour le nouveau retraité, il allait de soi de s’impliquer au-delà du simple statut de membre de l’association.

«Pourquoi m’être impliqué? Pour le leadership. J’ai tout le temps été gestionnaire, coordonnateur. Ça m’a donné l’occasion d’atténuer un peu le mal du travail. J’étais un électricien, je suis devenu un peintre», formule M. Hudon.

Dès son arrivée à la présidence de l’organisme à but non lucratif, Richard Hudon a vu à la réorganisation du comité de gestion et à la redéfinition des tâches de chacun des membres qui y siégeaient. Il souhaitait aussi moderniser les façons de faire, notamment en ce qui concerne la trésorerie et la communication avec les membres.

La communication par internet a progressivement remplacé les chaînes téléphoniques, et la création d’un site internet a contribué à l’élan de modernisation visé.

Le nouveau président a aussi tenu à relocaliser l’association, qui logeait auparavant dans un sous-sol. Cet ancien emplacement limitait la fréquentation de la galerie où les membres accrochaient leurs toiles.

Le local actuel, sur l’avenue de Grand-Mère, accueille chaque année quelque 1000 visiteurs à la découverte des œuvres des membres qui y exposent. Des ateliers, des rencontres et divers événements se déroulent dans le local auquel on a greffé 

la galerie Clair Obscur, qui laisse la place à un ou deux artistes chaque mois. Des membres exposent aussi à la Librairie Poirier de Trois-Rivières.

En 2007, Richard Hudon a également créé le premier symposium champêtre, un événement d’un jour tenu dans un parc de Shawinigan. Cette occasion pour les artistes de se faire connaître auprès du public s’ajoutait au symposium de la Plaza de la Mauricie, organisé par l’association depuis déjà quelques années.

L’association regroupe des peintres amateurs et professionnels dont l’âge varie entre environ 15 et 96 ans. «Quand on est peintre à la maison, on est confiné à la maison, et nos toiles restent dans le sous-sol ou le garde-robe. L’association est là pour promouvoir l’art, pour regrouper des artistes et diffuser de l’information. On est là pour aider des peintres à se découvrir et à sortir de leur maison», résume Richard Hudon.

Parmi les projets à venir,  M. Hudon travaille à la coordination d’un concept de ruelle des peintres, qui devrait prendre forme l’été prochain en collaboration avec Culture Shawinigan.