Alexandra et Virginie Labbé

Des jumelles qui ont choisi Gentilly

Les jumelles Labbé sont pétillantes, volubiles, dynamiques. Alexandra est ingénieure, Virginie comptable, elles sont toutes deux mères et sont impliquées dans plusieurs organisations du secteur Gentilly de Bécancour, leur milieu d’adoption.

Gentilly se démarque par le fort sentiment d’appartenance partagé par ses résidents, et le carnaval semble être un pôle incontournable dans la cohésion de l’ancien village. C’est justement le carnaval qui a séduit Alexandra Labbé dans son élan de s’établir à Gentilly, alors qu’elle obtenait un emploi à la centrale nucléaire, en 2007. Sa sœur Virginie l’a suivie en 2014, même si son conjoint et elle travaillent à Trois-Rivières.

Les jumelles Labbé ont grandi à Saint-François-du-Lac, où leurs parents exploitaient une ferme laitière. Elles ont toutes les deux fait leurs études de deuxième cycle à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

«J’ai eu ma permanence à Hydro-Québec en décembre 2007. J’étais à Trois-Rivières, et j’ai commencé à fouiller sur Internet à propos de Gentilly. Je suis tombée sur le carnaval, et je capotais en voyant toutes les activités! Nous, on est du monde qui aime ça quand il y a de l’action!», raconte Alexandra, qui a acheté une maison à Gentilly avec son conjoint en 2008.

Alexandra a commencé à s’impliquer dans le carnaval en 2009. «C’est l’fun le carnaval parce qu’en peu de temps, tu connais une centaine de personnes, et tu es capable de rencontrer du monde à l’épicerie! Certaines personnes n’aiment pas ça, mais moi, aller à l’épicerie, rencontrer du monde et dire bonjour, j’aime ça!», lance celle qui travaille maintenant comme ingénieure électrique à l’Aluminerie de Bécancour.

Au fil des ans, elle a participé à l’organisation de plusieurs soirées de la programmation du carnaval, comme celle des nouveaux arrivants, qu’elle a cocréé dans le but de favoriser l’intégration des gens récemment installés à Gentilly.

Alexandra a également contribué à l’élaboration de soirées comme celles du bien cuit des présidents et celle du couronnement, en plus d’avoir assuré la technique lors de spectacles. Avec sa sœur et leurs conjoints, elle organise aussi le rallye automobile du carnaval.

En 2013, Virginie Labbé travaillait à Trois-Rivières et vivait avec sa fille dans un petit appartement. Elle a rencontré son conjoint actuel, Alan, et le couple a commencé à regarder les maisons.

«Un soir, on était dans la file pour assister à une soirée du carnaval, et Alan trouvait qu’il y avait beaucoup d’activités à Gentilly. Alexandra a dit: ‘‘Pourquoi ne venez-vous pas vous installer ici?’’ On est allés voir des maisons sur internet, et en avril 2014, on est déménagés ici!», confie Virginie, directrice financière à la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie. 

Comme sa sœur, Virginie a tôt fait de s’impliquer dans le carnaval, mais aussi dans Loisirs Gentilly, l’organisme qui chapeaute l’événement et bénéficie des profits qu’il génère. Le manque de bénévoles et la situation financière fragile de Loisirs Gentilly nécessitaient un virage. Comme solution à l’impasse, Virginie Labbé a entre autres piloté le transfert de la gestion des plateaux sportifs à la Ville de Bécancour.

«Maintenant, on gère encore la piscine, mais l’autre partie de notre mission est de réinvestir les profits du carnaval dans des projets de la communauté. Depuis trois mois, on analyse les projets soumis par la population», explique Virginie, qui a aussi joint sa sœur dans le comité organisateur des Défis du parc de la rivière Gentilly, rendez-vous des amateurs de vélo, de course et de kayak en septembre.

Les sœurs sont aussi bénévoles à la ludothèque La boîte à jeux de Gentilly. Elles ont contribué à l’ouverture et à la structuration de cette sorte de bibliothèque de jeux, dont la création a été initiée par un comité du Centre de femmes Parmi Elles et financée par divers partenaires.

Mentionnons en terminant que les curriculum vitae des jumelles Labbé font état de nombreuses bourses d’excellence et d’autres distinctions académiques comme des médailles du gouverneur général, autant au secondaire, qu’au collégial et à l’université.