Mélissa Normandin-Roberge

Briller de tous ses feux

À 30 ans, Mélissa Normandin-Roberge menait une vie parfaite. Quatre enfants, un conjoint, une belle maison. Elle était aussi propriétaire de deux écoles de musique, les Maëstros. «Je voulais plaire à tout le monde», raconte-t-elle. Et même si tout semblait parfait, «je me suis rendu compte que c’est ça qu’on attendait de moi. Or, ce n’est pas comme ça que je la voulais, ma vie», dit-elle.

Trois ans se sont écoulés depuis le jour où elle a décidé que les 30 prochaines années n’allaient pas se passer dans ce genre de moule.

Mélissa Normandin-Roberge se définit aujourd’hui comme «entrepreneure, conférencière, coach et experte en paillettes.» Elle a travaillé en collaboration avec des noms connus comme Danièle Henkel et Chantal Lacroix. Elle a été invitée en France par le célèbre conférencier Martin Latulippe. Elle voyage aux quatre coins du monde pour donner des conférences. Bref, la gentille professeure de musique est devenue une dragonne en puissance.

Les affaires, c’est quelque chose qui coule dans son sang depuis des lustres. Âgée d’à peine 18 ans, elle fondait en effet l’école Les Maëstros, à Shawinigan. Cette école de musique se distingue de toutes les autres parce qu’on y accepte tous les enfants désireux de faire de la musique, peu importe leurs capacités. D’une quinzaine de jeunes, sa clientèle finit par grimper à 300.

N’ayant aucune expérience de l’entrepreneuriat, du marketing et du monde des affaires, l’ambitieuse jeune femme fait croître son entreprise à coups d’essais et d’erreurs, se trouve des mentors et se bâtit une expérience que seule l’école de la vie peut enseigner.

Se décrivant elle-même comme une tête dure, elle n’écoute aucun des mots de découragement que lui servent certaines personnes. Sa persévérance lui a valu de faire venir à Shawinigan des artistes comme Patrick Bourgeois des BB, Marc Dupré, Philippe Bond, Maxim Martin, Alex Perron et Sugar Sammy, celui qui avait dit que Shawinigan était l’endroit où les rêves vont pour mourir. On se doute bien qu’elle lui aura prouvé le contraire.

Tous ces artistes se sont produits avec l’école Les Maëstros, au plus grand délice des jeunes élèves. Les spectacles ont permis à l’école d’amasser des dons totalisant 40 000 $ pour l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues et 20 000 $ pour l’Hôpital Sainte-Justine.

En 2017, Mélissa Normandin-Roberge a vendu ses deux écoles. «J’avais l’impression d’avoir fait le tour», dit-elle.

Elle souhaitait aussi se consacrer à son rêve le plus profond, celui de partager son expérience de vie, la recette de son succès et surtout sa philosophie de vie en fondant Paillettes inc., une entreprise de coaching qui, selon son site web, offre aux femmes entrepreneures des moyens d’attirer plus de clients, de faire grandir leur entreprise et de devenir de meilleures entrepreneures.

Elle n’y enseigne pas de cours traditionnels comme la comptabilité ou le marketing. Son approche est beaucoup plus psychologique et son message, qui est fort simple, attire de plus en plus d’adeptes: «Arrête de t’occuper de ce que les autres pensent de toi.»

«Tu n’as pas à plaire à tout le monde», dit-elle. «Si une personne ne t’aime pas, c’est son problème, pas le tien», résume-t-elle en ajoutant qu’elle a elle-même «divorcé de la foule».

Bref, elle invite les femmes à briller de tous leurs feux d’où le nom de son entreprise, Paillettes inc.

Mélissa Normandin-Roberge, qui se surnomme avec humour la «Master Paillette», vend en ligne son coaching et ses cours d’entrepreneuriat. «J’accompagne les femmes surtout par Internet», dit-elle. Les clientes lui arrivent donc des quatre coins de la planète et 20 000 personnes la suivent présentement sur Facebook. «Paillettes est en croissance», se réjouit-elle.

Mère célibataire, la jeune femme est fière de dire qu’elle a appris à la dure, sur le tas. Le secret de son succès? «J’étais branchée sur ma mission, sur mes valeurs et j’y suis allée par essais et erreurs», résume-t-elle.