Tête d'affiche

Le bénévolat, de la musique à ses oreilles

LOUISEVILLE — Pour Lisette Leblanc Landry, le mot bénévolat sonne comme de la musique à ses oreilles.

Née à Louiseville, Lisette Leblanc Landry accumule les implications bénévoles depuis pratiquement son enfance. Tout le monde ou presque connaît cette citoyenne engagée.

Tête d'affiche

«J’aime les gens»

BÉCANCOUR — Louise Labbée, c’est ce genre de personne qui carbure au bénévolat. «J’aime les gens», dit-elle.

Grande bénévole de la Ville de Bécancour (1998), médaillée du Service méritoire de la Croix-Rouge du Québec (2001), médaillée du Lieutenant-gouverneur du Québec (2017), vice-présidente du Centre de la Biodiversité, présidente de l’APPUI pour les proches aidants, ancienne conseillère municipale à Bécancour, ancienne marguillière, Fille d’Isabelle, on ne compte plus les implications de cette dame et les honneurs reçus pour l’aide apportée aux bonnes causes dans son milieu.

Tête d'affiche

«Tant que j’aurai l’énergie, je vais continuer d’aider»

TROIS-RIVIÈRES — Âgé de 86 ans, Gilles LeBel continue d’aider son prochain, comme il le fait si bien, depuis plus de 50 ans. Cet homme qui a le coeur sur la main a consacré plusieurs années à initier des projets, dont l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées.

Natif du Nouveau-Brunswick, Gilles LeBel a étudié en gestion hospitalière à l’Université d’Ottawa. À la suite de ces études, il s’est joint à l’équipe du Centre d’hébergement Cooke à titre de directeur général. Il s’est donc établi à Trois-Rivières où il demeure depuis maintenant 45 ans.

Têtes d'affiche

L’homme qui aligna les étoiles

Le premier emploi de Thierry Bouin, au terme de ses études en biologie, en 1977, fut au parc national de la Mauricie où, pendant des années, il fut naturaliste et garde-parc. «J’y suis revenu à quatre reprises, au cours de ma carrière», dit-il.

Cette carrière pour Parcs Canada lui en a en effet fait voir du pays, de l’Île du Cap-Breton à l’Ouest canadien jusqu’au parc national de Fundy, au Nouveau-Brunswick, où il fut directeur en 2001. Entre chacun de ces séjours hors Québec, le travail le ramenait constamment au parc national de la Mauricie.

Tête d'affiche

Faire rayonner la Nation Waban-Aki

Elle est directrice du bureau du Ndakinna du Grand conseil de la Nation Waban-Aki. Elle a œuvré en tant que conseillère aux Affaires autochtones au ministère de l’Éducation du Québec, à Québec, où elle a aussi fait un baccalauréat intégré en économie et en politique de même qu’une maîtrise en administration des affaires, des études qui l’ont amenée à voyager en Europe, aux États-Unis et au Pérou où elle a appris l’anglais et l’espagnol.

Suzie O’Bomsawin, 32 ans, caresse le rêve qu’on enseigne l’histoire de son peuple et des Premières Nations dans les écoles du Québec. C’est ce militantisme désireux de faire fleurir la culture et les traditions des Abénakis qui l’a incitée à quitter son emploi gouvernemental. «J’avais le désir de changer les choses», dit-elle. Cette énergie bouillonnante était toutefois difficilement conciliable avec son travail de fonctionnaire, explique-t-elle. «L’histoire de mon peuple est absente», déplore la jeune Abénakise.

Tête d'affiche

«Je reçois plus que ce que je donne»

Un des biens les plus précieux que Lise Grenier possède loge dans un écrin de velours bleu. Il s’agit de la Médaille du Lieutenant Gouverneur qui lui a été décernée en avril 2017 pour son action citoyenne et son engagement auprès des jeunes.

Cette retraitée de l’enseignement contemple cet hommage en se demandant encore pourquoi il lui a été remis. C’est que ses bons coups, ceux qui ont fait d’elle une bénévole exemplaire, ont été accomplis avec l’élan du cœur, par pur amour pour la relève de notre société. «Je reçois plus que je donne», assure-t-elle. «Cet hommage m’incite à ne pas lâcher.»

Tête d'affiche

La radio, un outil pédagogique

Bernard Bonin a l’âme d’un pédagogue. Celui qui a passé sa vie professionnelle à enseigner consacre sa retraite à faire découvrir des gens et la région par le biais de la radio communautaire de la MRC de Maskinongé.

Natif de Montréal, «en face du parc La Fontaine», M. Bonin a œuvré durant 31 ans dans le domaine de l’enseignement dans la métropole et à Laval. Il a pris la direction de la Mauricie au début des années 2000 avec sa conjointe pour profiter d’une retraite à la campagne. La tranquillité et les grands espaces l’ont guidé vers la MRC de Maskinongé.

Tête d'affiche

L’homme fort des plus faibles

Depuis quatre ans, le mardi matin, Alain Toupin se lève à 5 h 15 et se rend au Club des petits déjeuners de son secteur où il cuisine pour une trentaine d’enfants. Des œufs, des rôties, du yogourt, des fruits, des croissants, tout est là pour que toute cette belle marmaille arrive à l’école le ventre plein.

À quelques occasions, des enfants lui ont crevé le cœur en lui demandant s’ils pouvaient apporter un peu de toute cette bonne nourriture à la maison pour en donner à leur frère ou à leur sœur.

Tête d'affiche

La passion du hockey mineur

Trois-Rivières — Avant de devenir le successeur d’André Ricard à la tête de Hockey Mauricie, René Leclair a cumulé de nombreuses expériences comme bénévole. Ses premières implications datent de l’adolescence.

«C’est moi qui arrosais la patinoire du petit village de Lemieux, où mes parents travaillaient dans la production laitière», raconte notre Tête d’affiche, entrée en fonction chez Hockey Mauricie le printemps dernier.

Tête d'affiche

«Donner aux autres me rend heureuse»

Le temps est une denrée rare et précieuse que bien des gens aimeraient garder pour eux. Marie Hallé est une exception. «Je suis bien quand je donne du temps», dit-elle. «Donner aux autres me rend heureuse.»

Malgré les divers emplois qu’elle a occupés dans sa vie et même si elle a élevé trois enfants, Marie Hallé a toujours réservé quelques soirées, chaque semaine, pour aider sa communauté à s’épanouir, en particulier du côté du secteur Saint-Louis-de-France où elle habite.