Le terrain de l’ancienne église Saint-Philippe accueillera, d’ici trois ans, un projet de 36 logements sociaux.

Terrain de l'église Saint-Philippe: bien plus que du logement social

TROIS-RIVIÈRES — Il semble de plus en plus acquis que le terrain de l’ancienne église Saint-Philippe, à Trois-Rivières, accueillera du logement social dans un horizon de trois ans. Le conseil municipal de Trois-Rivières a adopté, mardi soir, une nouvelle résolution confirmant son désir de réserver ce terrain pour un projet de plus de 6M$, projet porté depuis un certain temps déjà par l’Office municipal d’habitation (OMH) de Trois-Rivières.

«Le projet va s’inscrire dans le même objectif que celui que nous avons développé sur la rue Hertel, Trifluvia. Le projet prévoit non seulement la construction de 36 unités, mais s’adressera également à une clientèle de gens présentement plus éloignés du marché du travail, dans le but de les accompagner dans un projet de revenir vers le marché du travail. C’est donc beaucoup plus que simplement de l’immobilier», constate Marco Bélanger, directeur général de l’OMH Trois-Rivières.

Le terrain laissé vacant par la démolition de l’église en février 2015 avait fait l’objet de plusieurs spéculations depuis les trois dernières années, y compris la construction de projets de condos par des entreprises privées. Or, la résolution stipule désormais que la Ville réserve le terrain à l’OMH de Trois-Rivières, et ce, pour les trois prochaines années. Par ailleurs, elle s’engage à une participation financière d’un maximum de 484 000$ conditionnelle au renflouement du Fonds de développement du logement social de même qu’à l’achèvement du montage financier, en partenariat avec la Société d’habitation du Québec.

Le projet bénéficiera aussi d’un crédit de taxes foncières sur les dix années suivant sa construction. Finalement, par le biais du Programme du supplément au loyer, le projet bénéficiera d’une subvention de 10 % du coût du supplément au loyer pour les unités de logement admissibles. «On vise évidemment une intégration de cet immeuble dans ce quartier, on veut contribuer à la revitalisation de ce secteur et lui donner un peu d’amour», mentionne Marco Bélanger, qui ne cache pas que l’OMH planche sur les plans de cette construction en ayant le souci de rappeler l’histoire de ce lieu important pour le secteur Saint-Philippe.

«Nous allons nous ériger à l’endroit où se trouvait l’église. On se retrouve à remplacer un monument significatif pour le secteur, et nous voulons être à la hauteur. Rien n’a encore été complètement défini, mais on songe par exemple à faire un certain rappel historique, toujours dans une optique de faire une belle intégration dans le quartier», considère Marco Bélanger.

Le conseiller municipal du district, Dany Carpentier, souligne également que le projet comprendra la construction d’une salle communautaire qui sera notamment mise à la disposition des résidents du quartier.

Pour le moment, l’engagement de la Ville de Trois-Rivières n’est qu’une étape dans une série d’étapes à franchir pour que le projet voie le jour. L’OMH travaille présentement pour sa démarche d’engagement conditionnel avec la Société d’habitation du Québec dans le but de lancer les appels d’offres pour réaliser les plans et devis. Une fois que ce travail aura été complété, l’OMH devra attacher, et modifier au besoin, le montage financier du projet avant d’aller en appel d’offres et, cette fois, octroyer le contrat de construction. Tout ceci pourrait se réaliser sur un horizon de 24 à 30 mois, estime M. Bélanger.

Besoins
Les besoins en logement social dans la région de Trois-Rivières ne s’amenuisent pas, confirme M. Bélanger, qui voit toutefois en ce nouveau projet sur les terrains de l’ancienne église Saint-Philippe une façon de réduire la liste d’attente, qui compte à ce jour plus de 300 ménages toujours en attente d’un logement subventionné.

Heureusement, l’OMH peut aussi compter sur le Programme de supplément au loyer, ce qui lui permet de loger dans le secteur privé une quarantaine de familles qui bénéficient tout de même du principe de l’habitation à loyer modique.

«Nous avons un très beau partenariat avec les propriétaires privés qui accueillent nos bénéficiaires. Heureusement que nous pouvons compter sur ce programme, qui permet de soulager un peu la liste d’attente», considère Marco Bélanger.