Tentative d’enlèvement: un malentendu, conclut la SQ

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
La publication sur le réseau Facebook d’un homme de Shawinigan qui affirmait que son neveu de 9 ans avait été poursuivi par deux hommes dans une camionnette a fait grand bruit. Partagée plus de 3275 fois, cette présumée histoire de tentative d’enlèvement a été vue par de très nombreuses personnes de la région. Or, la Sûreté du Québec affirme, après avoir mené une enquête, qu’il s’agirait d’un malentendu et d’une fausse interprétation.

La publication Facebook de l’homme avait toutefois de quoi inquiéter bien des parents. Il rapportait une «présumée mésaventure» de son neveu qui réside dans le secteur de Saint-Gérard-des-Larentides.

 «Aujourd’hui, mon neveu de 9 ans s’est fait courir après par deux hommes. Ils ont essayé de le faire tomber de son vélo avec leur camion. Ils n’ont pas réussi, car il a réussi à monter sur le gazon d’un terrain résidentiel. Un des hommes est sorti à la course en essayant de l’attraper, mais mon neveu a réussi à se sauver avec son vélo entre deux maisons. L’homme est rembarqué dans son camion et l’a pourchassé...», a écrit l’homme avant de faire une description du véhicule, de demander de partager ce message et de communiquer avec la police si on détenait des informations sur ces deux présumés suspects. 

Mardi en fin d’après-midi, plus de 130 personnes avaient commenté cette publication. Bien sûr, les gens s’inquiétaient de cette situation et avaient à cœur la sécurité des enfants. 

La famille de l’enfant a communiqué avec la Sûreté du Québec dès lundi vers 16 h 30. Des patrouilleurs ont fait du ratissage dans le secteur sans tarder afin de retrouver les deux hommes et le camion. 

La porte-parole de la Sûreté du Québec soutient toutefois que l’enquête conclut que toute cette histoire ne serait qu’un malentendu ou une mauvaise interprétation de ce qui est arrivé, plutôt qu’une tentative d’enlèvement. 

«Il semblerait que le vélo et la camionnette ont tourné sur la même rue au même moment. L’enfant serait rentré chez lui alors que les hommes allaient à une autre résidence. Rien ne soutient dans l’enquête qu’il y a eu des échanges entre les hommes et l’enfant», affirme la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ. 

Les deux occupants de la camionnette ont été retrouvés par les enquêteurs. Il s’agit de deux travailleurs qui se donnent rendez-vous sur cette rue pour faire du covoiturage, car un de ceux-ci est un résident. 

Jugeant que cette présumée histoire d’enlèvement est non fondée, la SQ tient à sensibiliser le public à l’égard de l’utilisation des médias sociaux. «Lorsqu’il y a des enlèvements, nous n’hésitons pas à diffuser les informations, comme lorsqu’il y a des alertes AMBER. Lorsque nous recherchons des individus, nous n’hésitons pas à divulguer des avis de recherche», explique la sergente Cossette.

«Tout le monde est soucieux de la protection des enfants. Nous comprenons que les gens veulent bien faire. Mais ce genre de message sur Facebook crée de l’insécurité auprès du public.»