Les automobilistes qui souhaitaient traverser le pont Laviolette ont dû suivre une patrouille de retenue, alors que deux voies sur quatre étaient fermées, dimanche avant-midi.
Les automobilistes qui souhaitaient traverser le pont Laviolette ont dû suivre une patrouille de retenue, alors que deux voies sur quatre étaient fermées, dimanche avant-midi.

Tempête hivernale: la région s’en tire bien

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Malgré l’étrange mélange de précipitations qui est tombé en abondance sur la région, samedi et dimanche, la situation est restée sous contrôle, selon les autorités. La succession de pluie, de neige, de grésil et de pluie verglaçante aura occasionné quelques accidents et sorties de route mineurs, mais rien de comparable à ce que d’autres régions ont vécu cette fin de semaine.

Dimanche matin, des vents violents, avec des rafales allant jusqu’à 70 km/h, sont venus s’ajouter au tableau, perturbant davantage la circulation automobile. Celle-ci a d’ailleurs été réduite à deux voies sur quatre, dimanche avant-midi, sur le pont Laviolette. Les automobilistes qui souhaitaient traverser le fleuve ont dû le faire en suivant une patrouille de retenue. La situation était toutefois revenue à la normale en début d’après-midi.

Du côté de la Haute-Mauricie, un chasse-neige a dû être remorqué après s’être renversé sur le rang Sud-Est, à La Bostonnais. L’incident s’est produit au petit matin, vers 4 h, selon nos informations. La remorqueuse n’est toutefois arrivée que plusieurs heures plus tard. L’appareil, qui appartient à un particulier, a été légèrement endommagé, mais on ne rapporte heureusement aucun blessé.

Un chasse-neige a dû être remorqué après avoir versé, tôt dimanche matin, sur la rang Sud-Est, à La Bostonnais.

Outre cet incident, les collisions et sorties de routes ont été peu nombreuses dans la région. La Sûreté du Québec rapporte quelques accidents matériels, mais sans blessés, un heureux bilan comparativement à d’autres régions de la province.

La Sécurité civile est demeurée sur le pied d’alerte samedi et dimanche, mais n’a finalement pas eu à gérer de situation d’urgence. «On avait avisé les municipalités qu’on était en mode surveillance. Oui, il y a eu un peu de verglas et de grésil, mais on n’a pas eu de signalement de municipalités ou de gens comme quoi il y avait une problématique nécessitant nos services ou notre aide. Tout va bien dans la région si on se compare avec d’autres», mentionne Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile.

Les pluies abondantes de samedi n’ont à priori pas perturbé outre mesure les cours d’eau de la région. «Des petits cours d’eau ont gonflé à cause de la pluie. Ça a monté rapidement, mais il y avait quand même de la neige qui absorbait la pluie et avec le froid qui est arrivé rapidement, pour l’instant, ça semble bien aller», ajoute M. Doire.

Le verglas combiné aux vents violents que redoutaient les autorités de la région auront finalement occasionné très peu de dégâts, du moins sur les lignes électriques. En Mauricie et au Centre-du-Québec, un peu plus d’un millier d’abonnés étaient privés de courant, dimanche matin. En fin de journée, ce nombre avait toutefois grandement diminué.

Les conditions météorologiques ont rendu les déplacements difficiles dans la région, samedi soir et dimanche.

Selon Environnement Canada, la neige devrait continuer à tomber sur la région, lundi et mardi, mais plus faiblement ou par intermittence. Le soleil devrait toutefois être de retour pour le reste de la semaine.

Activités perturbées

La quantité importante de pluie tombée samedi aura eu raison de deux centres d’activités hivernales. Tant la station de ski Vallée du Parc que le Domaine de la forêt perdue, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, ont dû cesser leurs activités pour la journée. Vallée du Parc a ouvert ses portes à nouveau dimanche, mais a annoncé sur sa page Facebook devoir reporter ses cours de groupe. Le Domaine de la forêt perdue est demeuré fermé dimanche.

De son côté, la Ville de Trois-Rivières a préféré fermer l’ensemble de ses patinoires extérieures. Seule la patinoire Bleu-Blanc-Bouge devait être ouverte dimanche en soirée. En prévision d’éventuelles difficultés et urgences causées par la météo, le service à la clientèle de la Ville (311) a été ouvert exceptionnellement cette fin de semaine.

Les pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne ont eux aussi fait les frais de la mauvaise météo de la fin de semaine. Bien que les activités n’aient pas été perturbées sur place, de nombreux pêcheurs amateurs ont annulé leur réservation en raison du mauvais état des routes.

«On a eu énormément d’annulations aujourd’hui (dimanche), on fonctionne à 15 % de notre capacité. Hier aussi (samedi), les conditions étaient difficiles. On avait un taux d’occupation de 35 %. Disons que c’est une fin de semaine à oublier, à Sainte-Anne-de-la-Pérade», déplore Steve Massicotte, porte-parole de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne.

Quelques braves se sont risqués sur les routes pour se rendre malgré tout pêcher le poulamon, certains venant d’aussi loin que Montréal ou Hemmingford, près de la frontière américaine, en Montérégie. Pour les autres, ce n’est que partie remise, puisque de nombreux visiteurs ont reporté leur visite à l’une des prochaines fins de semaine.

La joie des motoneigistes

Cette abondance de neige a de quoi réjouir les amateurs de motoneige. La fin de semaine dernière, seuls les clubs les plus au Nord de la région avaient assez de neige pour ouvrir leurs sentiers. Cette fois, la bordée que la Mauricie et le Centre-du-Québec ont reçu devrait permettre aux clubs d’ouvrir leurs pistes.

Le Club de motoneige Armony, dans la MRC de Maskinongé, a déjà ouvert quelques pistes au cours de la semaine dernière. L’accumulation de cette fin de semaine lui permettra de compléter le travail et d’ouvrir les tronçons qui demeuraient fermés faute de neige.

Du côté du Club de motoneige du comté de Champlain, cette importante chute de neige devrait également lui permettre de surfacer et de baliser les sentiers au cours de la semaine et de la fin de semaine prochaine. Le président du Club, Normand Drolet, était d’ailleurs à pied d’œuvre avec sa machinerie, dimanche après-midi, pour permettre le plus rapidement possible aux amateurs de profiter de leur motoneige.

«Il y a beaucoup d’eau dans les champs, à cause de la pluie de samedi. Il va falloir laisser regeler avant de sortie le surfaceur, probablement mardi. On s’attend à ce que tout soit surfacé mercredi, et à ce que la signalisation soit terminée la fin de semaine prochaine, avec l’aide de nos bénévoles», indique-t-il.
Cette bonne nouvelle tombe à pic: les 18 et 19 janvier, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec organise sa journée portes ouvertes, qui permet d’avoir un droit d’accès gratuit, valide pour ces deux journées. Il est toutefois nécessaire de s’isncrire pour en bénéficier.

Enfin, contrairement à l’an dernier, il n’est pas tombé suffisamment de pluie verglaçante pour que les arbres soient endommagés, ce qui évite autant de maux de tête aux clubs de motoneige.