Donald Martel

Système bonifié, CIUSSS unique

NICOLET — Confrontée à la volonté de la Coalition avenir Québec de doter le Centre-du-Québec de son propre centre intégré de santé et services sociaux, la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec proposera lundi aux élus caquistes du Centre-du-Québec un plan qui devrait contenir certaines modifications, mais qui écartera vraisemblablement la scission organisationnelle entre les deux régions.

Une rencontre a eu lieu en décembre entre la haute direction du CIUSSS et les députés caquistes du Centre-du-Québec. Celle prévue le 14 janvier sera l’occasion de soumettre un plan qui semble-t-il avancera certaines améliorations tout en allant dans le sens de la pensée générale du président et directeur général du CIUSSS. Lors d’une entrevue accordée au Nouvelliste en décembre, Martin Beaumont estimait que la séparation de l’organisation allait appauvrir la région en matière de qualité de soins et de services. Ce partisan du maintien du CIUSSS dans sa forme actuelle estimait qu’un débat de structure ferait reculer la région.

«On ne s’avance pas sur les éléments de la discussion, on va s’adresser aux élus en premier, tient à préciser Caroline Paquin, porte-parole du CIUSSS régional. Par contre, nous sommes toujours en amélioration continue et nous pensons que, où nous sommes rendus dans la réorganisation, des ajustements pourraient être amenés et auraient une valeur ajoutée pour la population. Ce serait davantage bonifier ce qu’on a déjà que tout recommencer.»

Lors de la dernière campagne électorale, le chef caquiste, François Legault, a mentionné que le Centre-du-Québec devait avoir son propre CIUSSS. Une autonomie en santé est un avis partagé par les députés Éric Lefebvre (Arthabaska), Sébastien Schneeberger (Drummond-Bois-Francs) et le ministre André Lamontagne (Johnson).

Donald Martel avoue que sa position n’est pas aussi arrêtée.

«Je n’ai jamais été tranchant sur cette question, compte tenu du territoire que je représente, déclare le député caquiste de Nicolet-Bécancour. J’ai toujours respecté l’opinion de mes collègues et c’est réciproque. Ils savent que pour Nicolet-Bécancour, ce n’est pas tranché au couteau. Il faut trouver des façons pour que ça puisse satisfaire tout le monde. Je suis d’accord à ce qu’il y ait plus d’imputabilité et d’autonomie du côté de la rive sud concernant le CIUSSS. De quelle façon ça se décline? On analyse différentes avenues.»

La direction du CIUSSS Mauricie Centre-du-Québec soumettra un plan à la CAQ qui écartera la scission organisationnelle entre les deux régions.

M. Martel a assisté à la rencontre tenue avant les Fêtes avec la direction du CIUSSS. L’homme politique reconnaît que la présentation de Martin Beaumont était «très solide et convaincante».

«Il explique de façon rationnelle et d’un point de vue administratif. Et c’est son travail! Sauf que, comme représentant de la population de la rive sud qui a différentes autonomies dans des ministères, mais aucune en santé, c’est important qu’il comprenne notre point de vue et je pense qu’il le comprend. Et j’ai senti que M. Beaumont avait le respect des députés du Centre-du-Québec. C’est un gars qui connaît très bien ses dossiers et il a une très grande crédibilité. Et il n’est pas un adversaire pour nous. C’est ensemble qu’on peut trouver des solutions.»

Le Nouvelliste n’a pu obtenir les commentaires des autres députés caquistes du Centre-du-Québec. Sébastien Schneeberger et Éric Lefebvre ont refusé d’accorder une entrevue sur ce sujet. Pour sa part, André Lamontagne est en vacances jusqu’à mercredi.

La décision ultime dans ce dossier appartient à la ministre de la Santé, Danielle McCann.

Un séjour qui achève

Martin Beaumont vit ses dernières journées à titre de pdg du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, lui qui arrivé à cette fonction en 2015. Il amorcera son travail de président-directeur général du CHU de Québec – Université Laval dès le 21 janvier.

Carol Filion, pdg adjoint du CIUSSS régional, assume l’intérim en attendant le prochain grand patron. L’affichage du poste a été effectué peu de temps après la nomination de M. Beaumont à Québec, en novembre, et a pris fin le 12 décembre.

Aucun échéancier n’est connu concernant la nomination du futur pdg, une étape qui relève de la ministre McCann.