Sur la photo: Andrée Adams, coordonnatrice de la Centrale alimentaire, Patricia St-Arnaud, directrice générale du Carrefour d’Action Bénévole (CAB) du Haut Saint-Maurice et Gabrielle Fréchette Boilard, agente de développement en sécurité alimentaire.
Sur la photo: Andrée Adams, coordonnatrice de la Centrale alimentaire, Patricia St-Arnaud, directrice générale du Carrefour d’Action Bénévole (CAB) du Haut Saint-Maurice et Gabrielle Fréchette Boilard, agente de développement en sécurité alimentaire.

Surplus de jardins recherché

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — Les récoltes de 2020 ont été bonnes? Trop bonnes? Ça tombe bien, le Carrefour d’action bénévole du Haut Saint-Maurice invite les citoyens à partager leur surplus de jardins afin d’augmenter la réserve de fruits et de légumes de la Centrale alimentaire.

«J’ai vu sur les réseaux sociaux que les gens qui ont fait un jardin se sont ramassés avec plein de légumes. Je trouvais que c’était une bonne idée de demander aux gens d’amener leur surplus parce que c’est un peu ce qui nous manque ici», explique Patricia St-Arnaud, directrice générale du Carrefour d’action bénévole (CAB) du Haut Saint-Maurice.

Le programme de récupération dans les supermarchés donne de bons résultats pour l’organisme, mais les fruits et les légumes sont moins nombreux. La Centrale alimentaire a reçu une carte cadeau dans une épicerie de La Tuque au début de la pandémie, l’argent a servi à l’achat de fruits et légumes, mais les fonds s’épuisent. C’est pour ça que le CAB a lancé cet appel à tous.

«Les coûts ont augmenté et les gens sont contents d’avoir des légumes frais. Parfois, on leur fait même découvrir de nouveaux produits», note Mme St-Arnaud.

Depuis la publication du CAB sur les réseaux sociaux, les dons ont commencé à arriver et les gens sont généreux, concombres, courgettes, pommes, fèves… Les œufs sont également très appréciés en dons.

«On a de grosses quantités quand même», précise Andrée Adams, coordonnatrice de la Centrale alimentaire.

Il faut dire aussi que les apprentis jardiniers se sont multipliés durant la pandémie. Ils sont invités à partager leur récolte.