Les docteures Michèle Fournier et Janie St-Onge, responsables du projet de superclinique à Trois-Rivières.

Superclinique: en voie d’atteindre ses objectifs

TROIS-RIVIÈRES — Avec une moyenne de 1483 patients traités par mois depuis son ouverture, la superclinique de Trois-Rivières est en voie d’atteindre son objectif de 20 000 patients pour sa première année d’exploitation et réussit déjà à diminuer la pression sur des salles d’urgence de la région.

La clinique du boulevard du Carmel a ouvert ses portes le 9 avril. Six mois plus tard, le niveau d’activités indique que 1372 patients ont été accueillis durant le premier mois, alors que 1680 ont été reçus en septembre. Pour atteindre 20 000 visiteurs, la clinique doit avoir en moyenne 1667 patients par mois.

«On a des commentaires positifs de la part des patients. Ils nous disent que l’ambiance est agréable. Ils sont heureux de voir qu’on a des services de laboratoire sur place et ils sont heureux de la rapidité du service. C’est un service dont la population avait besoin», commente la docteure Janie St-Onge, responsable du projet de superclinique de Trois-Rivières, saluant la contribution de l’ensemble de l’équipe.

L’objectif d’une superclinique est de faciliter l’accès des patients aux prises avec des problèmes moins urgents (otites, entorses, surmenage) et de désengorger les urgences des hôpitaux. L’arrivée de cette superclinique à côté de l’hôpital de Trois-Rivières a une incidence directe sur l’achalandage de l’urgence de celui-ci. Le nombre de personnes se présentant pour des cas moins urgents a diminué de 10 %. Et quand on considère dans l’équation les urgences de Cloutier-du Rivage du secteur de Cap-de-la-Madeleine et du centre Christ-Roi de Nicolet, la réduction est de 12 %.

«On a vu 1794 patients de moins à l’urgence du CHAUR (l’hôpital de Trois-Rivières) entre l’ouverture de la superclinique et le 15 septembre. Il y a 4300 visites par mois à l’urgence du CHAUR, incluant les 2200 patients en ambulatoire (consultation médicale pour des cas P4-P5), depuis l’ouverture de la superclinique. Chaque patient est vu 13 minutes plus rapidement au CHAUR. Le gain est de 12 minutes à Cloutier-du Rivage et de 19 minutes à Nicolet. Ça peut paraître minime comme gain, mais quand on le met sur la totalité des visites durant cette période, c’est important», déclare Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Au lancement de la superclinique, le service était offert par une quinzaine de médecins. Quatre se sont ajoutés en six mois. C’est sans compter les quatre superinfirmiers et superinfirmières qui sont arrivés depuis septembre pour fournir un meilleur accès aux soins de santé de première ligne.

«On voit entre 60 et 70 patients par jour. Ça répond aux objectifs», ajoute la docteure Michèle Fournier.

La superclinique est ouverte de 8 h à 20 h, sept jours par semaine. Les plages horaires pour les consultations ont presque toutes été comblées depuis l’ouverture. Quelques soirées ont été plus tranquilles, notamment durant l’été, et l’équipe de la superclinique se chargeait de les remplir.

«On appelle l’urgence (de l’hôpital de Trois-Rivières) pour faire transférer des cas classés P-4 et P-5. Mais il y a eu des patients qui ont refusé de venir ici. Il y a des gens qui pensent qu’ils sont mieux servis dans une urgence. Il y a de l’éducation à faire», souligne la docteure Fournier.

Le docteur Pierre Martin constate lui aussi que le bon fonctionnement repose sur une collaboration de tous les intervenants.

«C’est l’implication des médecins qui ont répondu présent. Ils ont compris que s’il n’y a pas de médecin, il n’y a pas de clinique réseau. C’est aussi grâce aux infirmières, au CIUSSS. La pertinence de la clinique n’est pas un enjeu. Elle répond à un besoin.»

Si les activités roulent bien à la superclinique, les responsables veulent faciliter la vie des citoyens lorsque vient le temps de s’inscrire. La superclinique utilise notamment les réseaux sociaux pour rejoindre la clientèle et a sa page web.

Pour obtenir une consultation, il faut contacter Bonjour-santé par téléphone (819 415-2257) ou par Internet (www.bonjour-sante.ca) ou bien consulter le site web de Rendez-vous santé Québec au www.rvsq.gouv.qc.ca.