Le président de la Fondation Sunny D. Extrême, Alain Desbiens, a reçu un beau cadeau de la part du gouvernement du Québec.

Sunny-Action rayonnera partout au Québec

Trois-Rivières — C’est un véritable cadeau du ciel qu’a reçu, en fin de journée lundi, le président de la Fondation Sunny D. Extrême, Alain Desbiens. Celui qui a créé cette fondation à la mémoire de son fils Sunny, mort noyé en 2007, a en effet obtenu 1,7 million de dollars sur quatre ans qui serviront à déployer à l’échelle provinciale le projet Sunny-Action, qui a comme objectif de briser l’isolement des personnes vivant en Centre d’hébergement et de soins de longue durée et à favoriser les rapprochements intergénérationnels.

Le principal intéressé se trouvait à Québec pour présenter son projet aux dirigeants des CIUSSS de l’ensemble du territoire québécois dans le cadre du Forum sur les meilleures pratiques: usagers CHSLD et soutien à domicile lorsqu’il a appris la nouvelle. Joint par Le Nouvelliste quelques minutes avant qu’il ne monte sur scène en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, dans le cadre de l’allocution officialisant cet important octroi, il était sous le choc et se disait extrêmement surpris, et ce, même s’il avait formulé une demande de financement plus tôt ce printemps.

«C’est extraordinaire! Je ne demandais pas 10 % de ce montant! Par contre, si on veut le déployer partout, c’est ce que ça prend. Ma première idée a toujours été ça et on dirait bien que j’aurai les moyens pour y parvenir», souligne M. Desbiens.

Présentement, le projet Sunny-Action est implanté dans 17 CHSLD du territoire du CIUSSS Mauricie – Centre-du-Québec. Il consiste à inviter des jeunes âgés de 12 à 17 ans à offrir bénévolement au moins trois heures de leur temps par semaine aux aînés pendant l’été. Lors de sa mise sur pied, une quarantaine de jeunes donnaient de leur temps dans seulement trois établissements de Shawinigan. Depuis 2017, le nombre de bénévoles a plus que triplé et ces derniers sont répartis aux quatre coins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, soit à Drummondville, Trois-Rivières, Shawinigan, La Tuque, Victoriaville, Nicolet et Louiseville. Ils font chacun 70 heures de bénévolat par été au cours desquelles ils participent à des activités diverses avec les aînés.

Évidemment, M. Desbiens a eu une pensée pour son fils lorsqu’il a été informé que son œuvre allait bientôt rayonner partout au Québec.

«Je suis fier que sa mémoire soit honorée de cette façon. Le bon de tout ça, il ne me revient pas à moi, mais à lui. Moi, je n’ai fait que travailler pour. C’est lui, le petit, qui m’a montré la voie», confie-t-il la voix remplie de sanglots.

Bien qu’il ait déjà une bonne idée de la façon dont il s’y prendra pour amener son projet au plus haut niveau, M. Desbiens se dit très heureux de pouvoir compter sur l’expertise des nombreux intervenants du milieu de la santé afin d’atteindre son objectif. Il tient par ailleurs à souligner l’implication de plusieurs d’entre eux au cours des dernières années.

Un projet qui mérite d’être soutenu, selon le ministre

Le ministre Gaétan Barrette précise pour sa part qu’il est toujours ouvert à soutenir des initiatives comme celle-ci afin de permettre de les développer. De plus, il salue l’engagement et le dévouement de M. Desbiens, qu’il a rencontré pour la première fois il y a environ un an lors d’une visite dans un centre d’hébergement de la région.

«Il est bien organisé et il a la capacité de transposer son modèle ailleurs. C’est ce qu’on offre au réseau grâce à sa participation et l’investissement», explique le ministre.

Ce dernier souligne que plusieurs chercheurs et intervenants qui ont participé au forum de lundi ont insisté sur l’importance de développer des liens intergénérationnels et sur les nombreux effets positifs qu’ils peuvent avoir.

En ce qui concerne l’importance de la somme qui a été consentie, M. Barrette considère qu’elle répond aux besoins du projet.

«Nous avons fait une évaluation et nous avons regardé ses capacités et on pense qu’il peut aller encore plus loin. [...] Quand j’ai fait l’annonce de la subvention aujourd’hui [lundi], j’ai souligné que c’est quelqu’un qui a traversé une épreuve et qui l’a transformée en quelque chose de notable», mentionne le ministre Barrette.