À l’avant-plan, on retrouve la directrice générale du Parc de la rivière Batiscan, Nicole Robert, et le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, accompagnés du maire de Saint-Narcisse, Guy Veillette, et du préfet de la MRC des Chenaux, Gérard Bruneau.
À l’avant-plan, on retrouve la directrice générale du Parc de la rivière Batiscan, Nicole Robert, et le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, accompagnés du maire de Saint-Narcisse, Guy Veillette, et du préfet de la MRC des Chenaux, Gérard Bruneau.

Subvention fédérale de 487 000 $ pour le Parc de la rivière Batiscan

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
SAINT-NARCISSE — «Tu nous apportes l’oxygène pour aller plus loin avec ce parc». Voilà ce qu’avait à dire lundi le préfet de la MRC des Chenaux, Gérard Bruneau, au ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, à la suite de l’annonce d’une subvention fédérale de 487 000 dollars pour le Parc de la rivière Batiscan.

Cette aide financière permettra ainsi la mise à niveau du réseau de services, le développement de sentiers de marche et de vélo et la construction d’un bâtiment d’accueil et de services. Les visiteurs pourront donc faire l’expérience du parcours de la Via Ferrata, de l’hébergement insolite et de visites guidées ou autonomes.

«Nous sommes fiers de pouvoir compter sur le soutien financier du gouvernement et de nos partenaires dans la mise en place d’actions concrètes pour améliorer nos infrastructures touristiques telles qu’identifiées dans notre plan directeur 2018-2021. Le soutien et l’accompagnement du milieu est un levier essentiel au déploiement de notre parc régional», a commenté la directrice générale, Nicole Robert, soulignant au passage que 80 % des 30 000 campeurs répertoriés l’an dernier provenaient de l’extérieur. Et par l’amélioration des installations, elle dit souhaiter prolonger la saison d’opération.

Cette aide financière non remboursable est consentie en vertu du Fonds pour les expériences canadiennes (FEC), qui soutient les entreprises et les organisations canadiennes qui cherchent à créer, à améliorer ou à faire valoir des produits, des installations ou des expériences touristiques. Au Québec, c’est Développement économique Canada pour les régions du Québec qui met en œuvre le FEC.

«Le gouvernement du Canada n’hésite pas à appuyer des projets comme celui du Parc de la rivière Batiscan qui ont un impact positif sur le tourisme et l’économie d’ici, qui mettent encore davantage en valeur les attraits incomparables qui nous entourent et qui trouvent écho bien au-delà de notre belle région de la Mauricie», a fait savoir le député de Saint-Maurice-Champlain.

Cette annonce donne suite à celle faite par la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, de la nouvelle stratégie canadienne en matière de tourisme ‒ Créer des emplois pour la classe moyenne : Une stratégie fédérale pour la croissance du tourisme. Cette stratégie, qui a été élaborée en tenant compte des commentaires des Canadiens et des travaux du Comité-conseil sur l’emploi et l’économie du tourisme, souligne l’importance du secteur du tourisme en tant que moteur économique pour toutes les collectivités du pays.

On a d’ailleurs relevé que le tourisme génère des retombées économiques importantes en Mauricie et plus d’un emploi sur dix d’un océan à l’autre. Au Parc de la rivière Batiscan, on parle de création d’emplois alors qu’on y retrouve déjà une quarantaine de travailleurs «âgés de 16 à 74 ans», précise Mme Robert.

Cette bonne nouvelle survient alors que le Parc célèbre son 40e anniversaire. «Au départ, c’était un projet très ambitieux. Dans un contexte de vieillissement des infrastructures et d’une nouvelle offre, ça prend des sous», a conclu Gérard Bruneau.