La Ville de Trois-Rivières s’apprête à revoir à la hausse le financement de son service de transport en commun.
La Ville de Trois-Rivières s’apprête à revoir à la hausse le financement de son service de transport en commun.

STTR: le financement sera bonifié

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Tout indique que la Ville de Trois-Rivières bonifiera son financement annuel à la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) lors de l’adoption du budget 2020, dans les prochaines semaines. L’organisme, qui se proclame lui-même sous-financé depuis de nombreuses années, y voit une excellente nouvelle afin de rebâtir de solides fondations pour penser à une bonification des services à moyen terme.

«Nos demandes ont été adressées à la Ville, et elles ont été approuvées. Notre financement sera augmenté de façon substantielle», confirme le conseiller municipal Luc Tremblay, qui est également président du conseil d’administration de la STTR. Impossible pour lui de révéler la hauteur de cette bonification, puisqu’il doit attendre que le budget soit voté par le conseil municipal avant d’en dévoiler les détails, mais ce sera assez important pour rebâtir des bases solides à l’organisation, selon lui.

Le financement actuel de la STTR provenant de la Ville de Trois-Rivières se situe à environ cinq millions $ annuellement soit 30 % du budget annuel de l’organisation. Récemment, les changements apportés aux réseaux et le mécontentement soulevé dans la population par ces changements ont permis, selon Luc Tremblay, que l’ensemble des intervenants prennent conscience de l’importance du sous-financement de la STTR, alors que des villes de tailles comparables, comme Saguenay ou Sherbrooke, financent de deux à trois fois plus leur service de transport en commun.

«Ça va nous permettre enfin de prendre un beau virage. On savait l’importance du sous-financement, mais l’implantation des nouveaux réseaux a révélé des lacunes, et à travers les besoins que nous avons formulés, nous avons reçu l’appui de la Ville», signale Luc Tremblay, qui précise que cette bonification servira d’abord à jeter des bases solides en 2020.

«Notre personnel est essoufflé en ce moment. La bonification va nous permettre de rebâtir des fondations solides, embaucher du personnel pour assurer une meilleure planification et fournir les services qui sont déjà en place. Après ça, on peut penser à une bonification des services dès l’année 2021», signale Luc Tremblay.

Hausse de tarifs

Comme c’est généralement le cas chaque année, la STTR a voté, mercredi soir, une augmentation de certains tarifs pour l’année 2020, soit une moyenne de 2,2 % d’augmentation. Tous les tarifs ne sont cependant pas touchés, précise Luc Tremblay.

La carte mensuelle pour les 65 ans et plus, par exemple, connaîtra un gel de tarif, restant à 56 $ pour l’année. «Nous avons convenu que nous devions donner un répit aux aînés. Les changements au réseau ont eu un impact plus difficile pour eux, car ils ne disposent pas tous des outils technologiques, comme des téléphones intelligents par exemple, pour planifier leurs déplacements», signale Luc Tremblay.

La carte mensuelle générale passera de 71 $ à 72,50 $ et la carte des 21 ans et moins de 58 $ à 59,25 $. Finalement, le laissez-passer familial journalier passera de 9,80 $ à 10 $. Les tarifs de passage unique ainsi que les livrets de 10 billets demeurent au même prix.

«Nous nous sommes collés à l’Indice des prix à la consommation pour planifier les hausses, c’est ce qu’on fait chaque année. On le sait, tout augmente et on n’y échappe pas nous non plus. S’il faut penser à un gel complet des tarifs pour une année, il faudra aussi s’attendre à ce qu’on doive doubler les hausses l’année suivante, ce qui ne serait pas mieux pour les usagers», convient Luc Tremblay.

Les nouveaux tarifs seront en vigueur dès le 5 janvier.