Il y aura un changement à la direction générale de la STTR.
Il y aura un changement à la direction générale de la STTR.

STTR: départ du directeur général sur fond de discorde au conseil municipal

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le directeur général de la Société de transport de Trois-Rivières, Guy De Montigny, quittera ses fonctions au cours des prochaines semaines. Dans une volonté d’apporter un vent de changement à la suite du mécontentement causé par l’implantation du nouveau réseau de transport, une entente à l’amiable aurait été négociée pour préparer son départ, une entente qui a toutefois déclenché une petite crise politique à l’hôtel de ville de Trois-Rivières.

En effet, le conseiller municipal Luc Tremblay, également président du conseil d’administration de la STTR, soutient que le maire Jean Lamarche aurait fait de l’ingérence politique dans ce dossier, ce que réfute complètement M. Lamarche. Par ailleurs, le conseil d’administration de la STTR aurait voté à quatre voix contre trois afin de demander au conseil municipal de remplacer M. Tremblay à la tête de la STTR dans toute cette saga.

Au départ, il restait trois années au contrat de Guy De Montigny à la direction générale de la STTR. «Avec ce qui s’est passé avec le changement de réseau, il fallait un nouveau souffle à l’organisation», fait remarquer Luc Tremblay. Selon lui, il avait été offert à M. De Montigny, lors d’une entente à l’amiable, un an et demi de salaire en plus de la prime de départ à laquelle il aurait eu droit lors de la fin de son contrat.

Or, lorsque l’entente a été portée à l’attention du maire Jean Lamarche, ce dernier aurait questionné le conseil d’administration de la STTR. Le maire aurait plutôt suggéré de laisser M. De Montigny en poste pour le reste de son contrat à titre de conseiller.

Guy De Montigny

«Pour moi, ça équivalait à le tabletter pendant trois ans, et ça aurait coûté beaucoup plus cher aux contribuables. Je trouvais ça inacceptable vis-à-vis les contribuables et inhumain vis-à-vis la personne qui a donné 30 ans de sa vie à la STTR. Mais ma réaction a déplu à plusieurs personnes sur le conseil d’administration», explique Luc Tremblay, ajoutant qu’il n’a pas l’intention de démissionner de la STTR, et qu’il attendra que le conseil municipal se prononce sur son sort, le 5 mai prochain.

«Ce que le maire a fait, c’est de l’ingérence politique. Il n’avait pas d’affaire à se mêler de ça, alors que le CA avait pris une décision. Moi, je suis en paix avec ce qui a été fait. Je vais laisser aller le conseil municipal et je vais vivre avec leur décision», ajoute le conseiller municipal.

De son côté, le maire Jean Lamarche réfute complètement avoir fait de l’ingérence politique, mais estime plutôt avoir agi en bon gestionnaire. «J’ai rencontré les administrateurs qui sont conseillers municipaux, ils sont cinq à siéger à la STTR. J’ai voulu voir avec eux si d’autres options avaient été envisagées, puisque l’entente initiale avait été négociée seul à seul entre le président et le directeur général. J’ai voulu savoir si, à tout le moins, la question avait été posée de savoir si on pouvait considérer garder M. De Montigny dans un rôle de conseiller. Je devais m’en assurer afin de savoir si, pour en arriver à cette entente, aucune autre option n’était possible», mentionne M. Lamarche, qui se défend d’avoir fait de l’ingérence. «Absolument pas! Même que c’était mon rôle de m’assurer que les fonds publics avaient été bien gérés», indique-t-il.

Il n’a pas été possible de joindre Guy De Montigny, lundi soir, pour obtenir ses commentaires. Son départ de la STTR sera effectif le 9 mai prochain.