Il ne reste que des ruines du chalet de la station plein air Val-Mauricie.

Station plein air Val-Mauricie: une reconstruction cette année?

SHAWINIGAN — Les installations de la station plein air Val-Mauricie qui ont été ravagées le 11 mai dernier par un incendie seront-elles reconstruites à temps pour la saison hivernale et l’arrivée des classes de neige? La directrice générale du Parc de l’Île Melville, Marie-Louise Tardif, en doute de plus en plus, elle qui voit le temps s’écouler sans pour autant qu’une décision soit prise par la Ville de Shawinigan.

«Les jours et les semaines passent rapidement. On sait comment ça fonctionne. Une fois que la décision est prise, il faut aller en plans et devis, en appel d’offres. L’été va arriver, nous allons passer les vacances de la construction. Bref, je commence à désespérer de voir le chalet être reconstruit cette année», indique Mme Tardif.

Or, dès le mois de janvier et février, des écoles de partout dans la région ont réservé leurs journées de classe neige, et la station plein air doit recevoir de 300 à 400 élèves par jour. «Il va falloir les loger quelque part. Et on ne peut pas se contenter d’un chapiteau temporaire qui serait chauffé. Ça prend de l’eau, ça prend des toilettes», ajoute-t-elle, signalant du même souffle être présentement en train de regarder pour trouver un plan B.

Des approches seront d’ailleurs faites très prochainement auprès de l’école secondaire Val-Mauricie afin de voir si le gymnase de l’école ne pourrait pas être prêté à la station de plein air la semaine afin d’accommoder tous ces écoliers qui viendront en classe neige. «Ça réglerait une partie du problème, mais en même temps ce n’est pas la solution idéale puisqu’il nous faut aussi des installations la fin de semaine, au moment où l’école est fermée», constate Mme Tardif.

À la Ville de Shawinigan, on indique être actuellement en train d’analyser les besoins afin de faire les bons choix pour une éventuelle reconstruction. «Est-ce qu’on ferait une bâtisse pareille? Est-ce que les besoins d’aujourd’hui sont différents? Les fonctionnaires analysent les meilleures options, et le tout sera soumis au conseil municipal en temps et lieu», confirme François Saint-Onge, directeur des communications.

Une telle reconstruction ne peut se faire en criant «lapin» fait remarquer M. Saint-Onge, qui signale toutefois que les élus sont conscients des besoins de la station de plein air.

«On comprend le besoin d’avoir des installations pour le ski. Comme on construit pour longtemps, et que c’est un investissement important, on veut aussi que ce soit adapté pour longtemps», ajoute François Saint-Onge.

Enquête
Par ailleurs, Marie-Louise Tardif confirme que des images de caméras de surveillance ont été captées et transmises aux autorités policières en lien avec cet incendie. La Sûreté du Québec et le service des incendies avaient indiqué considérer la thèse de l’incendie suspect. Les personnes considérées comme étant responsables de cet incendie ont donc été captées sur vidéo, des images qui seront analysées pour l’enquête. Toutefois, aucune arrestation n’a encore été faite dans ce dossier.

Camp de jour
La Ville de Shawinigan a confirmé, vendredi, avoir pris une entente avec la Commission scolaire de l’Énergie pour accueillir les jeunes du camp de jour du secteur Shawinigan-sud à l’école secondaire Val-Mauricie. La période d’accueil des enfants et le retour en fin de journée s’effectueront au centre sportif de l’école.

«À l’école secondaire, nous pourrons continuer à offrir un service de qualité aux utilisateurs du camp de jour de la Ville. Nous aurons accès aux mêmes plateaux extérieurs et à la piscine municipale», précise le directeur par intérim du Service des loisirs et de la culture, Denis Brodeur.