Les participants au Startup Week-end se sont regroupés en 11 équipes pour développer et présenter un projet écoresponsable en 54 heures.
Les participants au Startup Week-end se sont regroupés en 11 équipes pour développer et présenter un projet écoresponsable en 54 heures.

Startup Week-end: l’environnement, thème incontournable

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — C’est dimanche que se terminait le Startup Week-end qui se déroulait toute la fin de semaine à l’UQTR. Les 115 participants, en majorité des étudiants en administration, ont vécu l’expérience du lancement d’une entreprise, condensée en 54 heures. Pour une deuxième année, une contrainte leur était imposée, soit de proposer un produit ou service écoresponsable, un thème qui séduit les participants, d’après les organisateurs.

La vente de nourriture pour animaux en vrac, un restaurant végétarien écologique et du terreau composé de terre biologique et de cendres de feux de forêt: voici seulement quelques-uns des 11 projets sur lesquels les entrepreneurs en devenir ont travaillé. Ceux-ci ne manquaient d’ailleurs pas d’idées à leur arrivée, vendredi.

«Une vingtaine d’idées sont sorties lors d’un ‘‘brainstorm’’, vendredi soir. Dix idées ont été retenues et les équipes se sont formées autour. Une autre équipe a voulu travailler sur son idée, même si elle n’avait pas été retenue. Samedi, des coachs sont venus les guider, les ‘‘challenger’’. Plusieurs projets ont complètement changé entre vendredi et dimanche, parce que les équipes sont allées valider sur terrain leurs idées, et certaines ont eu connaissance que ce n’était peut-être pas le bon produit», explique Chanie Perreault, du comité organisateur du Startup Week-end.

Les participants devaient présenter leur projet dimanche soir au jury, composé cette année de Émilie Berthelot, commissaire industrielle chez Innovation et développement économique Trois-Rivières, Mathieu Lahaye, directeur régional de l’École des entrepreneurs du Québec (Campus de la Mauricie), Cassy Bernier, notaire chez Leblanc Martin Bernier, notaires et avocats, Guillaume Parenteau, cofondateur de la Distillerie Wabasso et Emmanuelle Gagné, directrice de compte – relève chez Desjardins Entreprises. Ce jury a décerné le premier prix à l’équipe de Lavo-Tasse, un projet de machine distributrice de tasses réutilisables consignées. L’équipe a reçu des prix d’une valeur d’environ 7000 $, comprenant une dizaine d’heures de consultation avec Soluce fiscalité et comptabilité, une remise en argent sur l’obtention d’un financement avec Fonds Mauricie et une formation en démarrage d’entreprise pour chacun des 12 membres de l’équipe.

L'équipe de Lavo-Tasse, qui a remporté le premier prix au Startup Week-end de Trois-Rivières.

Environnement et entrepreneuriat

Quant au thème du Startup Week-end, s’il est imposé, il correspond tout à fait aux préoccupations et motivations de la nouvelle génération d’entrepreneurs, selon Mme Perreault.

«Je travaille au Carrefour d’entrepreneuriat et d’innovation Desjardins de l’UQTR. Quand de nouveaux entrepreneurs viennent nous rencontrer, on sent vraiment une tendance, les jeunes veulent sauver la planète. C’est vraiment d’actualité», estime-t-elle.

Il reste maintenant à voir si des projets développés cette fin de semaine verront le jour dans les prochains mois ou années. En effet, si rien n’engage les participants à véritablement lancer une entreprise, certains profitent de l’événement pour tâter le terrain avant de se jeter à l’eau.

«Il y en a qui ont des idées de projets et qui viennent les tester ici. Sur onze équipes, il y en a habituellement une ou deux qui vont un peu plus loin et vont essayer de démarrer leur projet», indique Mme Perreault.

L’entreprise d’une conférencière venue au Startup Week-end, Anaïs Carrier, a d’ailleurs vu le jour après sa participation au Startup Week-end de Shawinigan, en 2018. Treko a été fondée à Shawinigan par trois participants à cette édition, dont Mme Carrier. L’entreprise produit des repas lyophilisés dans des emballages compostables destinés aux randonneurs qui désirent être les plus écoresponsables possible.