La Société Recipe, qui compte un total de 1382 établissements, prévoit remplacer la paille de plastique par des équivalents plus écologiques.

St-Hubert élimine les pailles de plastique

Les rôtisseries St-Hubert et Harvey’s, comme toutes les autres enseignes du Groupe Recipe Unlimited (anciennement Cara Operations), élimineront les pailles de plastique.

Mercredi, la société ontarienne a annoncé que les nouvelles mesures seront mises en place dès le mois d’août pour ses 123 restaurants St-Hubert du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario.

«Le retrait des pailles n’est qu’une étape de notre initiative visant à éliminer les articles en plastique jetables de notre chaîne d’approvisionnement pour les remplacer, dans la mesure du possible, par des articles faits de matières recyclables ou compostables», a indiqué Pierre Rivard, président du Groupe St-Hubert. «Notre objectif est d’offrir uniquement des pailles en papier d’ici la fin mars 2019, et ce, seulement sur demande», poursuit-il.

Rappelons que Recipe avait avalé le groupe St-Hubert pour 537 millions $ en 2016.

Pour l’heure, la direction est incapable de chiffrer le coût de ce virage. Ce sont les franchisés qui assumeront toutefois la facture. Des tests de produits sont présentement effectués à l’interne.

«Nous réalisons des tests avec des pailles compostables et biodégradables. On se rend compte que c’est plus dispendieux qu’une paille de plastique. Environ deux à trois fois plus cher», avance Josée Vaillancourt, responsable des relations publiques.

Recipe prévoit également appliquer cette mesure, avec le même échéancier, à travers son réseau canadien de 18 bannières. Elle possède entre autres les enseignes Harvey’s, Kelsey’s, The Keg, Swiss Chalet et East Side Mario’s.

Le 1er avril dernier, Recipe comptait dans son portefeuille 1382 établissements, dont 1321 au Canada et 61 à l’étranger. Environ 85 % de ses restaurants sont exploités par des franchisés.

Cette initiative de la société s’inscrit dans un mouvement planétaire. Au cours des dernières semaines, plusieurs grands joueurs dans l’industrie de la restauration et même des villes ont choisi d’interdire les couverts et les pailles en plastique.

Cette semaine, du côté du pays de Donald Trump, Seattle a emboîté le pas. Malibu a également pris la même décision au début du mois de juin.

Du côté des compagnies, le géant de la restauration McDonald’s étudie actuellement la possibilité de remplacer ses produits de plastique par un matériau biodégradable. L’entreprise a déjà retiré ses pailles dans quelque 1300 restaurants en Angleterre.

La chaîne A & W a aussi annoncé qu’elle n’offrira plus de pailles en plastique dans ses restaurants d’ici la fin de l’année. Elles seront remplacées par des tubes en papier.

Bonne nouvelle

Pour le vice-président Affaires publiques de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ), François Meunier, le retrait de ces produits dans les restaurants est une bonne nouvelle.

«C’est une tendance assez lourde en Europe et en Amérique du Nord. Évidemment, cela ne veut pas dire d’éliminer totalement les pailles, mais d’avoir une autre alternative comme des pailles en papier», mentionne-t-il. «Il y a des types de clientèle qui ne faut pas perdre de vue, notamment les handicapés. Il y a certaines personnes qui ne sont pas capables de boire avec un verre. C’est pourquoi il doit avoir un plan B», ajoute-t-il.

Ce dernier avance que plusieurs joueurs indépendants au Québec brassant des affaires dans l’industrie de la restauration ont fait un choix similaire à Recipe au cours des derniers mois. Il nomme entre autres le Chic-Alors!, installé dans le secteur de Cap-Rouge.

Jusqu’à présent, l’ARQ n’a pas fait de pression ou de représentation auprès de ses membres afin qu’ils interdisent les pailles et les couvercles de plastique.

«Il va falloir s’attaquer par la suite à d’autres problématiques. Il y a aussi, par exemple, la question du plastique dans le prêt-à-manger ou les couvercles de café. Il y a plusieurs enjeux», estime M. Meunier.

Greenpeace évalue que les Canadiens utilisent environ 57 millions de pailles par jour et que moins de 20 % sont recyclées.

À la Bourse de Toronto, le titre de Recipe (TSX : RECP) a clôturé mercredi à 27,02 $, en baisse de 41 ¢.

+

DÉCISION SALUÉE

Propriétaire de 11 franchises St-Hubert dans la grande région de Québec, le Groupe Martin a salué mercredi la décision de sa maison mère de retirer ses pailles à travers ses rôtisseries. L’un des copropriétaires des St-Hubert à Québec, Pierre Martin, a toutefois concédé au Soleil qu’il n’était pas au courant que l’enseigne allait annoncer «aussi rapidement» cette nouvelle mesure. Il avait toutefois eu vent de pourparlers en ce sens. 

Actuellement, le prix d’achat pour une paille est d’un peu plus d’un demi-cent. Le franchisé devra débourser près du triple du prix pour les nouveaux tubes. «Ce n’est pas des dépenses extravagantes», affirme M. Martin. «Lorsqu’on y pense, ce n’est pas nécessaire de toujours boire avec une paille dans un restaurant. St-Hubert fait un peu dans la même tendance que les autres chaînes pour être davantage écoresponsable», poursuit-il. 

+

LES BANNIÈRES DE RECIPE

Swiss Chalet, Harvey’s, St-Hubert, The Keg, Milestones, Montana’s, Kelsey’s, East Side Mario’s, New York Fries, Prime Pubs, Bier Markt, Landing, Original Joe’s, State & Main, Elephant & Castle, The Burger’s Priest, The Pickle Barrel et 1909 Taverne Moderne.