Élections municipales

Batiscan: la mairesse sortante et le maire élu s’affrontent

Batiscan — Alors que la plupart des municipalités se préparent à faire prêter serment à leurs nouveaux élus, dans la municipalité de Batiscan les candidats ont demandé non pas un, mais deux dépouillements judiciaires. Pour une, la mairesse sortante Sonya Auclair affrontera à nouveau son opposant, le maire élu, Christian Fortin, cette fois devant le juge au palais de justice de Trois-Rivières, vendredi.

Tout a commencé par une demande de dépouillement judiciaire au poste de conseiller numéro 4 remporté par à peine 6 voix par Pierre Châteauneuf contre Sébastien Hélie qui faisait partie de l’équipe de Christian Fortin.

Les demandeurs croient qu’il y aurait eu des irrégularités, en particulier au bureau de vote numéro 1, en lien avec la manutention des bulletins de vote.

Cette situation a incité la mairesse sortante, Sonya Auclair, à demander elle aussi un dépouillement judiciaire. Vingt-cinq voix, sur 931 électeurs inscrits, séparent en effet Mme Auclair de son adversaire, Christian Fortin, à la mairie.

La cause sera entendue vendredi matin, au palais de justice de Trois-Rivières où les deux candidats à la mairie devraient être présents pour régler cette affaire.

Mme Auclair croit qu’il est possible que plusieurs bulletins de vote ne soient pas valides. Elle indique que durant la période du vote, le scrutateur sortait parfois pour aller fumer, laissant les bulletins au président d’élection qui y mettait ses initiales. Mme Auclair indique qu’elle n’arrive pas à avoir de réponse officielle quant à la légalité de cette façon de fonctionner et espère que le juge pourra l’éclairer vendredi.

Christian Fortin, pour sa part, indique qu’il verra ce qui se passera vendredi, au palais de justice, avant de se prononcer.

Montréal

Plante mairesse, Coderre s'en va

MONTRÉAL — Les résultats des élections municipales ont donné lieu à quelques surprises, dimanche soir, la plus grande à Montréal, alors que la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, est devenue la 45e mairesse de la métropole, la première femme à occuper ce poste.

Dès le dépouillement des premiers résultats, le maire sortant, Denis Coderre, semblait être en difficulté. Avec 3253 boîtes dépouillées sur 4138, Valérie Plante était en tête avec plus de 51 % du vote. Denis Coderre la suivait de près avec plus de 45 % des voix. La victoire de Mme Plante a été confirmée vers 21h. 

Québec

Revivez la soirée électorale d'heure en heure

Régis Labeaume est réélu maire de Québec pour un 4e mandat. "Un mandat fort", s'est-il réjoui, dimanche soir, malgré sa plus faible récolte en quatre élections, soit 55,3% des voix. Le chef de Québec 21 Jean-François Gosselin, élu conseiller, a pour sa part amassé 27,6% des votes contre 14,7% pour Anne Guérette et Démocratie Québec. Revivez cette soirée électorale de manière chronologique.

23h55: Anne Guérette et Démocratie Québec n'auront pas les 20% de voix nécessaires, au cumulatif des votes de conseillers et maire, pour obtenir un budget pour un cabinet à l'hôtel de ville. 

23h45: Résultats finaux à la mairie de Québec: Régis Labeaume 55,3%, Jean-François Gosselin 27,6%, Anne Guérette 14,6%. Nicolas Lavigne-Lefebvre et Option-Capitale-Nationale obtiennent pour leur part 1,4%. À Lévis, Gilles LeHouillier réélu avec 92,2% des voix. À L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger réélu avec 80,9%. À Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau réélu avec 68,8%. 

23h33: Un mot du maire Régis Labeaume aux électeurs sur sa page Facebook. 

Sherbrooke

Un taux de participation plus élevé qu'en 2013

Le conseil municipal sherbrookois prendra une nouvelle forme quand les citoyens se lèveront lundi matin. De 19 sièges de conseillers autour de la table, il n’en restera que 14 après la fermeture des bureaux de vote.

Le nombre d'arrondissements aura passé de six à quatre.

Les enjeux sont nombreux à Sherbrooke. Bernard Sévigny remportera-t-il un troisième mandat ou les électeurs choisiront-ils l’indépendant Steve Lussier ou la cheffe de Sherbrooke Citoyen, Hélène Pigot. Deux autres candidats tentent d’obtenir la faveur des électeurs en Denis Pellerin et Patrick Tétreault.

L’arrivée d’un deuxième parti municipal, pour faire contrepoids au Renouveau sherbrookois de Bernard Sévigny, amènera-t-il un partage des sièges du conseil ou les électeurs choisiront-ils de donner un mandat fort au Renouveau sherbrookois, qui n’a jamais joui d’une majorité depuis sa création?

À 19 h, 43,2 % des électeurs sherbrookois s'étaient prévalus de leur droit de vote avant 19 h. Ce taux de participation est officiellement plus élevé qu'en 2013. (42 %). Les bureaux de vote ont fermé à 20 h.

À 18 h, le taux de participation dans les bureaux de vote sherbrookois atteignait 29.5 %. En ajoutant la participation du vote par anticipation et du vote itinérant (12,1 %), le taux de participation grimpait à 41,6 %.

En 2013, à l’issue du vote, 42 % des Sherbrookois s’étaient prononcés dans l’élection municipale.

Chez les conseillers, plusieurs luttes s’annoncent chaudes, notamment dans les districts de Rock Forest et du Golf, où deux conseillers sortants cherchent à conserver leur place au conseil. Dans le premier cas, l’indépendante Annie Godbout et Bruno Vachon, du Renouveau sherbrookois, se livrent un bras de fer. Dans le second, Christine Ouellet, du Renouveau sherbrookois, tente d’obtenir un deuxième mandat face au vétéran indépendant Marc Denault.

Qui prendra la place d’Hélène Dauphinais, qui a abandonné la course pour des raisons de santé, dans le district du Pin-Solitaire? Qui succédera à David Price, dans Lennoxville, où cinq candidats sont sur les rangs?

Ils sont aussi cinq dans les districts de Saint-Élie et du Lac-des-Nations, où Julien Lachance et Chantal L’Espérance cherchent à renouveler leur mandat respectif.

En tout, ils sont 61 candidats à briguer les suffrages. Elles sont 25 femmes à tenter d’obtenir une voix au conseil, un nombre plus important qu’en 2013.

Les bureaux de vote ferment à 20 h. Les résultats seront diffusés sur latribune.ca

Gatineau

Maxime Pedneaud-Jobin réélu, mais sans la majorité

Les Gatinois ont reporté au pouvoir le chef d’Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, dimanche, mais sans lui offrir la marge de manoeuvre qu’il souhaitait à la table du conseil pour être en mesure d’imposer son programme dès le jour un de son deuxième mandat.

M. Pedneaud-Jobin a visiblement profité de la division du vote afin de conserver son poste de maire de Gatineau. Il a perdu des appuis au suffrage universel par rapport à 2013. Il a été réélu avec 45 % des voix, une baisse de sept points de pourcentage par rapport à sa victoire d’il y a quatre ans. 

Son principal adversaire dans cette course à la mairie, Denis Tassé, a obtenu 30 % des voix. Pour sa part, Sylvie Goneau n’a obtenu que 17 % des suffrages. Les deux autres candidats à la mairie, Clément Bélanger (5 %) et Rémi Bergeron (2 %), ferment la marche. 

Action Gatineau n’a pas obtenu la majorité souhaitée au conseil municipal, mais a tout de même été en mesure d’augmenter sa présence autour de la table. Les gains de Maude Marquis-Bissonnette dans le Plateau et de Cédric Tessier dans Hull-Wright, deux districts auparavant occupés par des élus indépendants, ont été salutaires pour le parti. Ils viennent pallier la perte de Richard Bégin, qui a perdu ses élections par 270 votes aux mains de Mike Duggan dans le district de Deschênes, et la défaite inattendue pour les partisans d’Action Gatineau d’Aurèle Desjardins dans Lac-Beauchamp.

Plusieurs des élus indépendants les plus critiques de M. Pedneaud-Jobin sont de retour au conseil, à savoir Louise Boudrias, Jocelyn Blondin, Mike Duggan et Marc Carrière. 

C’est un Maxime Pedneaud-Jobin fier de sa victoire, mais visiblement déçu de ne pas avoir la majorité au conseil, qui s’est présenté devant ses partisans réunis aux Brasseurs du temps, dans le secteur Hull. « C’est une belle victoire, mais pas encore assez satisfaisante qu’elle aurait dû l’être, a-t-il lancé. Le choix des Gatinois à la mairie est clair, c’est notre programme. Si les Gatinois restent cependant prudents face au parti, je suis convaincu qu’on reste du bon côté de l’histoire. On tend la main aux élus qui ne sont pas de notre équipe et on espère qu’eux aussi nous tendront la main pour qu’on applique le programme qui a gagné. »

Il a affirmé qu’il souhaitait pouvoir convaincre rapidement le nouveau conseil municipal d’aller de l’avant avec le programme qui l’a reporté au pouvoir. « J’espère que ça ne prendra pas 15 mois comme au premier mandat, a-t-il dit. Nous voulons avancer rapidement. »

Tassé et Goneau

Denis Tassé a pour sa part indiqué que le nombre de candidats à la mairie a « fait la différence » dans ce scrutin. « Maintenant, je souhaite que le maire réélu travaille avec tous les élus indépendants qui sont majoritaires à la table du conseil, a-t-il dit. Il ne peut pas continuer de les isoler. »

Saguenay

Josée Néron écrit l'histoire

Josée Néron est devenue dimanche la première mairesse de Saguenay, recueillant, avec un taux de participation de 56,13 %, autour de 50 % des votes exprimés. Mais elle retrouvera peu de membres de son Équipe du renouveau démocratique à la table du conseil. Au moment de mettre sous presse, tard dimanche soir, Marc Bouchard (11) Michel Potvin (12) et Brigitte Bergeron (10) étaient les seuls porte-couleurs de sa formation avec une avance confortable. Pour se consoler, elle pourra se dire que le Parti des citoyens de Saguenay, fondé par Jean Tremblay, a été pratiquement rayé de la carte, Michel Tremblay, dans le 9, étant le seul rescapé.

Josée Néron est apparue sous les notes de Paradise de Coldplay dans la salle de l’Hôtel Chicoutimi où l’attendaient ses partisans, quelques minutes après avoir été déclarée gagnante à 22 h 20. La foule, qui a vu son avance se creuser tout au long de la soirée devant son principal adversaire Jean-Pierre Blackburn, a explosé de joie en entendant la nouvelle tant attendue.

Si l’issue de la course à la mairie n’a jamais fait de doute chez les partisans de l’ERD, les nouvelles étaient moins roses pour l’équipe des conseillers. Mais la première manifestation de joie est survenue lorsque l’animatrice de la soirée, la candidate du district 5 Martine Tremblay, a annoncé, à 21 h 50, que si la tendance se maintenait, aucun membres du PCS ne serait élu.

Granby

Pascal Bonin réélu

Bienvenue à notre couverture de la soirée électorale de La Voix de l'Est!

BROMONT

(22h54) Louis Villeneuve élu avec 631 voix d'avance. Le conseil sera formé de Pierre Distillo, Claire Mailhot, Michel Bilodeau, Réal Brunelle et Marc-Édouard Larose.

(22h32) Louis Villeneuve maintient son avance.

(22h29) Guylaine Francoeur prend l'avance dans le trois.

(22h13) Chantal Lecourt, Claire Mailhot, Michel Bilodeau, Jacques Lapensée, Réal Brunelle et Marc-Édouard Larose en tête dans leurs districts respectifs

(21h45) Louis Villeneuve en avance de 350 voix à la mairie.

(20h) Fermeture du bureau de vote et début du dépouillement des votes.