La Fédération professionnelle des journalistes du Québec section Mauricie et Centre-du-Québec invite la population à un 5 à 7 en soutien aux journaux locaux, mercredi le 4 septembre, au Musée POP de Trois-Rivières.

Soutien à la presse régionale: vers une mobilisation importante à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — Jusqu’à présent, plus de 200 personnes ont répondu à l’appel lancé par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) section Mauricie et Centre-du-Québec pour un 5 à 7 en soutien au quotidien Le Nouvelliste et à l’ensemble de la presse locale et régionale, activité qui aura lieu au Musée POP de Trois-Rivières, ce mercredi.

C’est pour réaffirmer l’importance des sources d’information régionales, alors que le Groupe Capitales Médias, qui possède notamment Le Nouvelliste, vit de graves difficultés financières, que se mobilisent plusieurs de ces invités. «On veut être présent pour que le message de solidarité soit clair, souligne le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, qui a confirmé qu’il sera du nombre. L’enjeu de l’information régionale est important, puisque lorsqu’on parle de médias, on parle évidemment de démocratie, mais on parle aussi d’espace de dialogue.»

M. Lamarche ajoute avoir rencontré plusieurs de ses homologues, jeudi dernier, pour tenter de trouver des façons d’apporter leur appui aux médias régionaux. Une seconde rencontre doit avoir lieu cette semaine.

La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, sera également présente mercredi. Elle compte également participer aux rencontres organisées par ses confrères et consoeurs de la région.

«On a besoin de cette diversité d’information-là, on a besoin de pouvoir être informé par des professionnels. On pense que les gens sont tous sur Internet, mais ici (à Nicolet), les gens lisent encore beaucoup (l’édition papier)», souligne-t-elle.

Mme Dubois se sent d’autant plus interpellée qu’elle trouve que Nicolet et la rive sud y ont déjà perdu au change en raison des difficultés vécues par Le Courrier Sud, l’hebdomadaire qui couvre l’actualité dans les MRC de Bécancour et Nicolet-Yamaska. En 2016, les bureaux du journal appartenant alors à TC Médias ont déménagé de Nicolet à Trois-Rivières, pour intégrer ceux de L’Hebdo Journal. En 2017, TC Médias a vendu ses cinq hebdomadaires de la région, avec 16 autres publications, à Icimédias.

«Avec la perte du siège social, on a déjà vu des pertes dans la couverture médiatique. Ensuite, avec les coupures de personnel, ça a aussi eu un impact direct», témoigne-t-elle.

La Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières sera également présente, par le biais de sa directrice générale, Andréanne Guilbert. «Pour nous, c’est essentiel d’être là, assure-t-elle. La Chambre aura bientôt 140 ans et le Nouvelliste en a 100, on se suit depuis longtemps. L’appui du Nouvelliste a toujours été important et là, on sent que c’est important d’être là.»

Mme Guilbert ajoute que la Chambre fait présentement de la sensibilisation auprès de ses membres pour les inciter à appuyer les médias régionaux. Pour elle, les entreprises seraient perdantes si Le Nouvelliste disparaissait, à un niveau bien plus grand que celui de la visibilité.

«Ça sert à informer nos membres des enjeux régionaux. On ne peut pas fonctionner sans médias régionaux. C’est l’heure de montrer notre solidarité», insiste-t-elle.

Le député bloquiste de Nicolet-Bécancour-Saurel, Louis Plamondon, abonde dans le même sens sur l’importance du quotidien dans son travail.

«La presse régionale, c’est l’identité des régions, c’est ce qui fait son dynamisme, soutient-il. On a des nouvelles des petites municipalités, des faits divers de la région, mais aussi des commentaires des gens. C’est un outil de travail essentiel pour moi. L’édition papier, c’est comme ma drogue du matin!»

Plusieurs élus municipaux et des gouvernements provincial et fédéral de la région seront présents, de même que des représentants des milieux culturel et événementiel de la région. L’invitation est lancée par la FPJQ à l’ensemble de la population. L’entrée est gratuite, mais les consommations sont aux frais des invités.