Le nouveau conseil municipal de Trois-Rivières a été assermenté, vendredi.

Sous le signe de l’ouverture

Trois-Rivières — Le maire Yves Lévesque et les quatorze conseillers municipaux fraîchement élus ont été officiellement assermentés, vendredi à Trois-Rivières. Alors qu’il entame son cinquième et dernier mandat, Yves Lévesque en a profité pour lancer un appel à l’ouverture et la collaboration entre tous les membres du conseil, une ouverture que les nouveaux élus souhaitent également voir venir de tous les côtés.

«Je vous l’annonce, ce sera ma dernière cérémonie d’assermentation», a lancé un Yves Lévesque plutôt émotif, lui qui estime être sur le point de terminer d’accomplir la vision qu’il voulait mettre de l’avant à son entrée en poste, en 2002. «Je voulais réussir la fusion, et aussi développer le sentiment de fierté. Ce qui est le plus important pour moi, ce n’est pas un projet, ce n’est pas un bâtiment, c’est la fierté parce qu’on peut tout réussir avec ça», a-t-il lancé.

Si l’élection du 5 novembre a fait en sorte que plusieurs de ses fidèles alliés n’ont pas été réélus, Yves Lévesque a indiqué être en confiance avec le nouveau conseil en place, une équipe qui a pu se réunir déjà au cours des derniers jours, notamment pour la préparation du Plan triennal d’immobilisations.

«Le nouveau conseil est vraiment extraordinaire. Je veux toujours travailler dans l’harmonie. J’ai été élu par l’ensemble de la population, j’ai des priorités qui ont été annoncées clairement. Mais je peux vous dire que déjà, en très peu de temps, je sens qu’il y a cette volonté de travailler en harmonie au niveau du conseil de ville», déclare-t-il.

D’ailleurs, il ne s’est pas offusqué de voir le nouveau conseil se réunir, la semaine dernière, pour discuter entre eux des nominations au sein des différents comités de travail, une démarche qui se faisait généralement de manière individuelle dans le bureau du maire. «J’ai trouvé que c’était une très bonne idée. Finalement, ça m’a peut-être sauvé une quinzaine d’heures de travail. Et ils ont pu voir la complexité de mon rôle quand vient le temps d’attribuer les comités. Quand ce sont des changements positifs pour améliorer l’organisation, je trouve toujours ça intéressant», ajoute-t-il.

Une ouverture également encouragée par les conseillers municipaux, qui espèrent de leur côté obtenir la même ouverture en retour. «Les échanges sont assez constructifs. Je suis très encouragé par la qualité des gens qui joignent le conseil en même temps que moi. On est plus intelligent en gang que tout seul. C’est un principe que je veux appliquer au conseil. Il y a vraiment une volonté de collaboration, de contribuer ensemble à quelque chose. C’est un prérequis qui peut faire une grosse différence», croit le nouveau conseiller de Marie-de-l’Incarnation, Denis Roy.

Un avis partagé par la nouvelle conseillère du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin. «On est en période d’adaptation, il faut s’apprivoiser, apprendre à se connaître et voir les forces de chacun aussi. Mais il y a vraiment un désir de travailler en équipe. Moi, j’ai ce désir de travail d’équipe», indique-t-elle.

Les jeunes nous apportent un vent de fraîcheur parce qu’ils sont très dynamiques et déterminés. Nous, les plus expérimentés, on va suivre et guider à la fois. J’offre ma collaboration. Je suis une fille d’équipe, qui veut travailler dans le respect», a ajouté Ginette Bellemare, qui entame son cinquième mandat et qui devient du même coup la conseillère la plus expérimentée autour de la table.

Pour sa part, Pierre-Luc Fortin, qui est réélu dans des Estacades, entend profiter des prochaines semaines pour lancer le message que la collaboration devra venir de tous les côtés. «Pour le moment, c’est une ambiance d’ouverture, de collégialité. Mais là, il y a le défi de voir comment la machine fonctionne parce que c’est extrêmement rapide. C’est incroyable ce qu’on demande aux nouveaux de faire en si peu de temps. C’est d’assimiler tout ça et d’apprendre à travailler ensemble, parce qu’il y a des gestes importants, majeurs, qui arrivent prochainement, et qu’on va devoir poser», mentionne-t-il.