La tension est à la baisse pour les riverains de la région...

Sous le seuil d’inondation majeure

Trois-Rivières — Signe que la situation des inondations ralentit, les cours d’eau de la région affichent un niveau inférieur au seuil d’inondation majeure et trois rivières ont un débit normal. Mais selon la Sécurité civile, la vigilance est toujours de mise et il est trop tôt pour affirmer que la crue des eaux tire à sa fin.

Les rivières du Loup, Batiscan et Croche sont en baisse et leur débit est sous le seuil d’inondation mineure. La rivière Maskinongé affiche un débit légèrement sous le seuil d’inondation mineure. Le seuil d’inondation majeure du lac Saint-Pierre est établi à 3,40 mètres et les prévisions pour jeudi sont inférieures à 3,30 mètres.

Ce constat est une bonne nouvelle, car la diminution des cours d’eau permet de créer une zone tampon bien utile pour amoindrir l’effet d’une nouvelle masse d’eau ayant le potentiel de créer une remontée. Un tel phénomène devrait se passer durant la fin de semaine avec les précipitations annoncées pour vendredi, le retour des marées hautes et la fonte des neiges.

«Il y a encore beaucoup de neige dans le nord. Les nuits sont sous zéro. Mais on dit aux citoyens de ne rien enlever (de leur système de protection contre l’eau). Ça va remonter. Pas comme en 2017. Mais ça va remonter», mentionne le porte-parole de la Sécurité civile, Bernard Létourneau.

Il devrait tomber entre 10 et 15 mm de pluie vendredi. Cet épisode de pluie sera suivi de deux journées durant lesquelles le mercure tournera autour des 15 degrés.

Le niveau du lac Saint-Pierre devrait grimper jusqu’à 3,44 m, lundi. La mise à jour des prévisions des autorités fait en sorte que le lac va descendre sous les 3 mètres non plus le 5, mais le 13 mai.

«On demande aux gens d’être vigilants et on demeure vigilant, ajoute M. Létourneau. Ça ralentit, on s’en va dans le bon sens, mais on ne crie pas victoire encore.»

La rivière Saint-Maurice demeure sous surveillance, mais la situation actuelle n’inquiète nullement la Sécurité civile.

Signe que les choses semblent se diriger dans le bon sens, la Sécurité civile commence à se préparer pour l’après-inondation. Des rencontres seront tenues dans différentes municipalités afin d’informer les sinistrés des programmes d’aide du gouvernement.

Les militaires toujours là

L’armée canadienne maintient ses effectifs dans la région en cette période d’inondation. Quelque 150 militaires sont déployés sur le terrain, mais pour faire autre chose qu’ensacher et installer des sables de sable.

«On a des patrouilles pour rassurer la population. Et on veut s’assurer que les conditions sont sous contrôle», déclare le major David Brochu, porte-parole pour la force opérationnelle déployée dans la région.

Du côté de Trois-Rivières, on précise que le niveau de l’eau a baissé de 30 centimètres en deux jours. Aucun appel n’a été reçu à la centrale 311 depuis deux jours, un service qui en a reçu près de 200 concernant les inondations.

«C’est un signe que les riverains reprennent leur souffle», déclare Ginette Bellemare, mairesse suppléante de Trois-Rivières.

À Louiseville, le constat est le même, selon Yvon Deshaies.

«L’eau a baissé de près d’un pied. C’est encourageant. Les gens sont contents et ça fait du bien au moral», indique le maire de Louiseville.

La Ville de Trois-Rivières est en train d’élaborer sa stratégie au sujet des travaux de nettoyage qui suivront les inondations. Déjà, la Ville a prévu installer d’ici la fin de semaine des conteneurs dans les secteurs inondés.

Trois-Rivières et Louiseville demandent le maintien de l’armée canadienne afin d’aider aux travaux de nettoyage.