Frédéric Dion avant son départ.

Sous la pluie

La nuit de lundi à hier a bien été. J'ai réussi à dormir deux heures, car il fait froid et il faut toujours que j'alimente le feu. La chose la plus difficile jusqu'ici c'est la nuit. C'est difficile à endurer parce qu'il fait beaucoup plus froid et c'est très long.
Le pire c'est surtout qu'il pleut toujours. Aujourd'hui (hier), il m'est tombé dessus deux gros orages comme celui du Grand Prix dimanche! Ç'a deux effets sur moi.
Le premier c'est que les rivières sont pleines et débordent de partout. Quand je marche, c'est soit dans un trou d'eau ou dans une rivière. La pêche n'est donc pas bonne et la chasse non plus. Rien n'a mordu et je n'ai vu aucun animal. On dirait qu'à cause de la pluie, ils restent cachés.
Le deuxième effet c'est que j'avance beaucoup plus rapidement grâce à la pluie. J'ai été neuf heures sur les rivières et j'ai bien hâte de voir sur mon site Internet le nombre de kilomètres que j'ai parcourus.
La chose qui m'inquiète, c'est que la rivière sur laquelle j'étais allait à l'ouest et que je voulais aller au sud. Ça me bogue vraiment. Je me pose la question où je vais arriver. Demain (aujourd'hui), je vais reprendre cette rivière pour voir jusqu'où elle mène. J'espère qu'elle va commencer à descendre.
Toujours aucune nourriture
En deux jours je n'ai mangé que deux tasses de bleuets. Juste avant de me coucher, j'ai entendu mes premiers loups. C'est un peu épeurant, mais j'ai le goût qu'ils viennent me voir pour qu'on se batte et voir qui va manger l'autre! Demain (aujourd'hui), je vais continuer à essayer la pêche, mais je ne crois pas fort en mes chances.
Si vous voulez une suggestion, mangez un bon gros hamburger avec des frites en pensant à moi! Et si vous avez encore faim, finissez avec une bonne crème glacée!