Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Santé publique a finalement autorisé les pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne à recevoir des visiteurs pour la pêche au poulamon.
La Santé publique a finalement autorisé les pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne à recevoir des visiteurs pour la pêche au poulamon.

Soulagement chez les pourvoyeurs: la pêche au poulamon obtient le feu vert de la Santé publique

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Sainte-Anne-de-la-Pérade — Les pourvoyeurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade peuvent pousser un soupir de soulagement. En effet, l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne a reçu le feu vert de la Santé publique pour que la saison ait lieu malgré la pandémie.

L'Association indique que les pourvoyeurs pourront ainsi se mettre à l'ouvrage pour préparer le montage du village de pêche. Un soulagement pour eux, qui attendent depuis septembre de savoir sur quel pied danser, rappelle Steve Massicotte, porte-parole de l'Association.

«On ne se le cache pas, on avait beaucoup d'inquiétude. Les chalets ont été repeints et préparés cet été. Il y a quand même eu plusieurs investissements de fait. Cette année sera particulière, mais les gens le font par passion et pour les clients», souligne-t-il.

Pour la saison qui commencera sous peu, les pourvoyeurs devront composer avec de nouvelles règles. Chaque cabane ne pourra recevoir que les membres d'une même famille et elle devra être désinfectée entre chaque réservation. Les visiteurs de l'extérieur de la région seront les bienvenus, mais les pourvoyeurs donneront priorité à la clientèle de la région. Les heures d'ouverture seront réduites et il n'y aura aucune activité autre que la pêche pendant la saison.

«Ça va être la base, mais les gens vont pouvoir profiter de la pêche cette année», se console M. Massicotte.

Ce dernier croit que malgré la longue attente avant d'avoir une réponse de la santé publique, la saison devrait pouvoir commencer à temps, soit le 26 décembre, si la météo est du côté des pourvoyeurs. Avec du temps froid annoncé pour la semaine à venir, on devrait d'ailleurs les voir à l'oeuvre sur la rivière Sainte-Anne au cours des prochains jours.

«Dès que la rivière gèle, on va commencer à arroser, à préparer l'installation des chalets, à planter les poteaux pour l'électricité», mentionne M. Massicotte.

Sonia LeBel satisfaite

La députée de Champlain et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, se réjouit également de cette décision de la Santé publique.

«C'est une bonne nouvelle pour les pourvoyeurs, mais des mesures strictes seront imposées pour assurer que tout se déroule selon les normes sanitaires en vigueur», a-t-elle commenté, samedi, par le biais de sa conseillère politique.

Rappelons que Mme LeBel s'était impliquée dans le dossier et avait pris le parti de l'Association des pourvoyeurs.

L'inquiétude demeure pour la mairesse Aubut

Si elle se dit heureuse pour les pourvoyeurs, la mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Diane Aubut, demeure inquiète de savoir que des touristes vont débarquer, possiblement en nombre, dans la municipalité. Une inquiétude qui vient de plusieurs citoyens qui l'ont interpellée sur la question, rappelle-t-elle.

«Il y a une inquiétude concernant l'affluence de personnes dans la municipalité. Les gens sont aussi inquiets par rapport aux gens qui vont travailler dans la pourvoirie, il faudrait savoir s'ils vont être en contact plus directement avec la clientèle ou pas. Mais si la Santé publique a donné son autorisation, c'est que le plan de l'Association doit être assez complet», mentionne-t-elle.

Mme Aubut déplore que l'Association n'ait pas transmis aussi à la Municipalité le plan qu'elle a présenté à la Santé publique pour la convaincre qu'il est possible de maintenir la saison de pêche sans compromettre la santé des Péradiens et Péradiennes. Elle reconnaît cependant qu'elle ne l'a pas clairement demandé.

«J'avais parlé avec la directrice de l'Association, elle m'avait donné les grandes lignes, mais sans plus. Il faut dire que la tension est élevée avec la Municipalité. Les communications ne se sont pas faites directement», mentionne-t-elle.

Cette tension, on peut sans aucun doute l'attribuer à la récente sortie publique de la mairesse, qui avait fait part de ses inquiétudes et avait avancé qu'il serait peut-être préférable que la saison n'ait pas lieu. Le conseil municipal de Sainte-Anne-de-la-Pérade a par ailleurs adopté une résolution pour faire part du malaise qu'il a face à la tenue de la saison de pêche à l'Association des pourvoyeurs. Selon la mairesse Aubut, la Municipalité ne peut cependant rien faire de plus.