Yves Tousignant

Sortie en règle d'Yves Tousignant contre le gouvernement

«On se croirait en Afrique. On se fait manger la laine sur le dos comme des moutons. Je suis tanné des kids kodak. C'est du pétage de broue sur le dos des municipalités.»
De toute évidence, le maire de Saint-Pierre-les-Becquets, Yves Tousignant, en avait gros sur le coeur par rapport au gouvernement en y allant d'une sortie en règle lors de la séance régulière du conseil de la MRC de Bécancour qui avait lieu mercredi à Sainte-Marie-de-Blandford.
La goutte qui a fait déborder le vase, c'est la lenteur entourant le projet d'assainissement des eaux dans sa municipalité.
«Ça n'avance pas. Quand j'ai été élu en 2013, il devait se réaliser en 2016 alors que ça ne sera pas avant 2019, 2020 à cause de la lourdeur administrative. Le ministère des Affaires municipales s'obstine avec le ministère de l'Environnement et la semaine prochaine, le directeur régional du ministère des Transports a décidé de mettre une couche d'asphalte à la grandeur du village sur la route 132, qui va être démolie quand on va faire les travaux dans deux, trois ans», a-t-il précisé au Nouvelliste
Pourtant, ce dossier d'une quinzaine de millions de dollars fait partie des priorités du ministère de l'Environnement. «C'est au niveau du processus que c'est très lent. En 2017, les égouts du village de Saint-Pierre se jettent encore directement dans le fleuve Saint-Laurent avec une plage municipale deux kilomètres plus bas. Avec les normes environnementales, ce n'est pas acceptable», a ajouté le premier magistrat.
Par ailleurs, dans son envolée autour de la table des maires, il a déploré les «1,2 milliard de dollars coupés aux municipalités sur quatre ans», évoquant la disparition des CLD et des CRÉ. «La Fédération québécoise des municipalités doit parler haut et fort. Les gens doivent avoir les deux côtés de la médaille», a ajouté M. Tousignant.
Dans le dossier de la fibre optique, qui est en plein déploiement sur le territoire de la MRC de Bécancour, il réclame un juste financement. «Les enveloppes ne sont pas réparties équitablement. Pour avoir de l'argent à Nicolet et Bécancour, il faut avoir des ministres à Ottawa et à Québec», a-t-il conclu.