Julie Olivier, conseillère en communications au BAPE.

Sols contaminés à Bécancour: le BAPE informe le public mercredi

BÉCANCOUR — Le projet d’aménagement d’un lieu d’enfouissement et d’un centre de traitement de sols contaminés à Bécancour par Gestion 3LB inc. fera l’objet d’une séance publique d’information de la part du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) mercredi, 19 h 30, à l’Église multifonctionnelle de Bécancour, située au 3025, avenue Nicolas-Perrot.

Les citoyens sont invités à s’y rendre pour en apprendre sur le projet, la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, le processus de consultation du public ainsi que sur le rôle du BAPE. La séance du 4 septembre 2019 sera diffusée en direct en version audio dans le site Web du BAPE.

Jusqu’au 19 septembre 2019, tout citoyen, tout groupe, toute municipalité ou tout organisme peut faire la demande d’une consultation publique ou d’une médiation auprès du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Par ailleurs, les citoyens peuvent se renseigner sur le projet en consultant l’étude d’impact réalisée par l’initiateur et les autres documents décrivant le projet et, entre autres, ses répercussions sur l’environnement. Ces documents peuvent être consultés dans les centres de consultation régionaux suivants : Bibliothèque de Bécancour (1295, avenue Nicolas-Perrot) et Grand Conseil de la Nation Waban-Aki (10175, rue Kolipaïo, Wôlinak).

L’ensemble du dossier est disponible en format papier au bureau du BAPE à Québec, au 575, rue Jacques-Parizeau, bureau 2.10. Il est également disponible en format électronique dans le Registre des évaluations environnementales sous la responsabilité du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Créé il y a 40 ans, le BAPE est un organisme public et impartial qui relève du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, a rappelé mardi la conseillère en communications, Julie Olivier.

«Il permet aux citoyens de s’informer et d’exercer leur droit de parole sur des projets qui pourraient avoir des répercussions sur l’environnement et sur leur qualité de vie ainsi que sur toute question relative à l’environnement. Le BAPE permet également aux initiateurs de prendre connaissance des préoccupations des citoyens et d’améliorer leurs projets pour une cohabitation plus harmonieuse avec le milieu», explique-t-elle.

Plus concrètement, le BAPE a pour mission d’éclairer la prise de décision gouvernementale en transmettant au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques des analyses et des avis qui prennent en compte les seize principes de la Loi sur le développement durable.

Or, il a été possible d’apprendre que la consultation ciblée fait maintenant partie des options, avec l’audience publique et la médiation, à la suite d’une demande de consultation publique ou de médiation. «Il s’agit d’une nouvelle disposition pour les mandats dont la justification du projet ne serait pas remise en question», précise Mme Olivier.

Autres nouveautés, les membres du BAPE, dont le président et la vice-présidente, sont maintenant sélectionnés par un comité indépendant, comme d’autres commissaires au gouvernement du Québec. Et on peut avoir accès à l’étude d’impact dès son dépôt dans le Registre des évaluations environnementales du MELCC.

Si le ministre a le pouvoir d’assujettir un projet à la procédure d’examen et d’évaluation d’impacts non prévus dans la Loi sur la qualité de l’environnement, le BAPE recommande au ministre le mécanisme consultatif.

«Le citoyen est au cœur de la démarche du BAPE», conclut celle qui décrit le rôle de l’organisme comme étant de «donner l’heure juste aux citoyens et de conseiller le ministre».