Plusieurs centaines d’anciens membres des Diablos du Cégep de Trois-Rivières se sont réunis samedi après-midi pour un «tailgate» retrouvailles.

Soirée retrouvailles pour les anciens Diablos

TROIS-RIVIÈRES — Les anciens Diablos du Cégep de Trois-Rivières étaient conviés samedi à un «tailgate», l’occasion pour joueurs et entraîneurs d’antan de renouer avec leurs ex-camarades et de se remémorer de bons souvenirs, alors que l’organisation sportive fête son 50e anniversaire.

Dès 15 h 30, les premiers vétérans ont commencé à arriver dans le stationnement près du stade des Diablos. La bonne humeur était au rendez-vous alors que tout un chacun retrouvait des amis qu’il a perdus de vue et se remémorait, le sourire aux lèvres, des moments marquants de son parcours comme athlète-étudiant.

«C’est pour tous les sports, pas seulement le football, a expliqué Bernard Milette, qui a participé à l’organisation de ces retrouvailles. On a fait un album-souvenir de photos de toutes les années qu’on a pu trouver, alors les gens vont pouvoir se retrouver là-dedans. Ils vont pouvoir prendre des photos à l’intérieur [du chapiteau] et tout le monde va avoir des bons souvenirs.»

Cet album se retrouvera d’ailleurs sur le site internet des Diablos une fois l’événement terminé.
L’organisation attendait entre 300 et 400 personnes pour l’événement, samedi soir, dont plusieurs visages connus du monde des sports, comme Paul Rivard, Pierre Vercheval, Jacques Dusseault et Martin Croteau. Si ces anciens joueurs bien connus ont dû être faciles à retrouver, ce n’est pas le cas de la plupart d’entre eux.

«Ça fait à peu près trois ans que je travaille à mettre à jour la liste des anciens, a confié Denis Guillemette, responsable du comité d’organisation. La plupart du temps, on n’avait plus les bons numéros de téléphone, les bonnes adresses et dans le temps, il n’y avait pas les courriels. Après ça, on a essayé de rejoindre le plus de monde possible, mais ça aurait pris une personne à temps plein là-dessus!»

Des souvenirs mémorables

Si la joie était au rendez-vous, c’est que plusieurs étaient fébriles de revoir des gens qu’ils n’ont pas revus depuis belle lurette.

«Ça fait chaud au coeur, il y a une belle atmosphère, se réjouit Lucille Auger, qui a fait partie de l’équipe féminine de basketball de 1971 à 1972. Ça fait plaisir de voir des visages que je n’ai pas vus depuis 45 ans, c’est une belle fête.»

«On était une très bonne équipe, on avait fait la finale provinciale AAA, se remémore Claude Laberge, lui aussi un ancien joueur de basketball. Je hâte de voir le monde, à quel point ils ont changé!»

Après le souper, un méchoui, les convives étaient invités à assister à un match de l’équipe de football des Diablos, qui affrontaient les Islanders du Cégep John Abbott à partir de 19 h 30. Un match qui a rappelé à Jean-Guy Paré, ancien maire de Saint-Pierre-les-Becquets, des souvenirs de jeunesse en tant que joueur, puis comme entraîneur de l’équipe trifluvienne de football.

«On a gagné le championnat canadien en 1982, le seul qu’on a gagné! Dans le temps, on n’avait que quatre équipes, dont John Abbott, contre qui on joue ce soir (samedi). On était la seule équipe francophone des quatre.»

Fidèles au poste

Bien que la vie ait amené plusieurs ex-Diablos loin de Trois-Rivières, d’autres sont restés et suivent toujours avec intérêt les avancées des équipes sportives.

«Je viens ici régulièrement, parce que je demeure à Trois-Rivières et comme je suis à la retraite, ça me donne un peu de temps pour aller voir les Diablos, poursuit M. Paré. On est toujours attaché.»

Cet attachement est aussi ce qui incite Renée Sinotte à suivre le développement des Diablos. L’ex-instructrice de basketball s’étonne d’ailleurs toujours de voir à quel point les athlètes qui pratiquent cette discipline ont évolué depuis une quarantaine d’années.

«Au niveau des habiletés fondamentales du sport, ça ne se compare pas, reconnait Mme Sinotte. Ces jeunes filles-là sont tellement athlétiques, ça ne se compare pas non plus! C’est toujours la même joute, de mettre un ballon dans le panier, mais ça a tellement évolué.»

Les célébrations des 50 ans des Diablos se poursuivront jusqu’en 2019. L’organisation sportive intronisera d’anciens joueurs à son temple de la renommée, une autre initiative mise en place pour cette année anniversaire. La cérémonie aura lieu le 16 février prochain.