Le candidat du Parti québécois dans Champlain, Gaétan Leclerc, sa collègue péquiste dans Trois-Rivières, Marie-Claude Camirand, et France Lavoie, de la coopérative de solidarité des hygiénistes dentaires du Québec.

Soins dentaires pour aînés: Camirand et Leclerc proposent un projet pilote

Trois-Rivières — Déplorant le manque de compassion avec lequel le gouvernement sortant a traité les aînés, particulièrement en CHSLD, les candidats du Parti québécois dans Trois-Rivières et Champlain ont présenté jeudi des engagements «concrets et humains» pour améliorer la qualité de vie des personnes aînées.

En compagnie de France Lavoie, membre fondatrice de la coopérative de solidarité des hygiénistes dentaires du Québec, Marie-Claude Camirand et Gaétan Leclerc ont annoncé un projet pilote pour permettre aux hygiénistes dentaires de donner des soins directement dans les centres hospitaliers, les résidences pour aînés et les domiciles. À l’heure actuelle, les hygiénistes ne peuvent pratiquer en CHSLD sans la supervision d’un dentiste.

«Cette idée d’hygiène dentaire mobile est un exemple concret de la manière dont le Parti québécois donnera plus de pouvoirs aux autres professionnels de la santé tout en offrant des services et des soins à domicile. Nos aînés ont contribué à bâtir le Québec et nous leur sommes grandement redevables. Nous voulons leur offrir des soins adaptés à leur réalité», a fait savoir Mme Camirand.

«En santé, la prévention offre toujours des résultats positifs tant sur la qualité de vie des patients que sur les coûts de traitement», renchérit Gaétan Leclerc.

Selon France Lavoie, qui fait un lien entre la propreté de la bouche et plusieurs maladies, «avec le Parti québécois, nous pourrons donner des soins de base et faire de la prévention auprès des patients qui ne peuvent plus se déplacer».

Finalement, la candidate péquiste a profité de l’occasion pour rappeler que le PQ augmentera le soutien à domicile d’au moins 100 millions de dollars par année pendant cinq ans et mettra en place une politique pour les proches aidants, contenant notamment huit heures de répit par semaine. «Les services et les soins à domicile offrent une meilleure qualité de vie, plus de liberté et de dignité», conclut Marie-Claude Camirand.