Lors du quatrième défi Ski 12 h Leucan, la famille Laliberté dévalera les pentes de Vallée du parc à la mémoire d'Eliot (sur la photo), qui est décédé du cancer à l'âge de cinq ans, en 2009. On voit Mario Laliberté, la petite Léanie,  la maman, Isabelle Périgny, et l'aînée, Mégane.

Skier à la mémoire d'Eliot

La famille d'Isabelle Périgny et de Mario Laliberté a bénéficié des nombreux services dispensés par Leucan pendant le cancer qui a emporté son cadet, Eliot, alors qu'il n'avait que cinq ans.
<p>Lors de la conférence de presse annonçant la tenue du quatrième défi Ski 12 h Leucan, on retrouvait entre autres Martine Lessard de la pharmacie Proxim de Shawinigan, partenaire de l'événement, Élyse Pauzé-Guay, chargée de projet et de développement philanthropique à Leucan Mauricie et Centre-du-Québec, Catherine Gélinas, responsable de l'animation à Vallée du parc, Daniel Barclay, directeur de Ski adapté Mauricie, autre partenaire du défi, et Pascal Guité, porte-parole régional du défi Ski 12 h Leucan.</p>
Depuis, le défi Ski 12 h Leucan a été institué et la famille y prend part à la mémoire de son disparu. Mais cette année, pour la première fois, l'ensemble des skieurs participants seront invités à relever le défi à la mémoire de l'enfant.
En dépit du départ de ce dernier, sa famille est restée attachée à l'organisme. «Même après le décès, Leucan est toujours là, que ce soit lors d'activités au cours desquelles on peut se retrouver entre familles ayant vécu la même épreuve que nous. N'importe quand, on peut appeler pour recevoir de l'aide pour cheminer dans notre deuil», fait valoir Mme Périgny.
Mais en même temps, la famille répond présente quand elle a une occasion de donner à Leucan. Notamment en agissant comme famille porte-parole du défi Ski. «On aimerait donner pour tout ce qu'on a reçu. Ils ont été tellement importants pour nous pendant la maladie, et même après. C'est pour cela qu'on s'implique au défi Ski pour une troisième année», confie Mme Périgny, qui est bénévole pour Leucan.
«Que ce soit en temps que je consacre à Leucan ou par l'argent recueilli lors du défi Ski pour continuer à aider les familles, je sais le bien que cela fait et il ne faut pas que ça arrête. Il y a encore des enfants qui sont malades et des familles qui ont besoin de Leucan. C'est pour cela qu'il faut continuer à amasser des sous. En sachant à quoi cet argent-là sert, on est bien placé pour en ramasser le plus possible», tient-elle à partager. Incidemment, elle ajoute que le nom de l'équipe de la famille est «Les Étoiles à Loulou». Loulou étant le surnom que portait le garçonnet.
L'an dernier, on a accueilli une soixantaine d'équipes (de quatre membres chacune) et plus de 250 skieurs pour une récolte de 72 000 $. Cette année, on a un seul objectif en tête: dépasser ce plateau. Chaque quatuor doit remettre 500 $ (et plus) à Leucan. Le défi se tiendra le 8 mars, date qui coïncide aussi avec la dernière journée de la semaine de relâche. Ce sera à nouveau à Vallée du parc, de 11h à 23 h.
«Un beau cadeau»
La mort d'Eliot a laissé sa famille avec une douleur vive. Loin de se laisser abattre, les parents ont voulu se brancher de la meilleure façon possible à la vie en ayant un autre enfant: Léanie, qui a maintenant trois ans. «C'est le cadeau qu'on s'est fait après», indique la mère. «Ça ne remplacera jamais l'enfant perdu. Mais ça nous a motivés à nous sortir de notre deuil. C'est un beau cadeau», enchaîne-t-elle.
Coordonnatrice régionale de Leucan, Carol Beaudry reconnaît qu'il n'est pas rare, aujourd'hui, que les parents ayant perdu un enfant décident d'en avoir un autre dans les années qui suivent. «Ça arrive souvent», confirme-t-elle. Et il en est ainsi à la grandeur de la province, observe-t-on à Leucan.
«Quand un enfant est atteint de cancer, ça arrive au sein d'une famille qui est en construction, et qui avait possiblement projeté d'avoir d'autres enfants. Aussi, on veut avoir droit au bonheur que procure la venue d'un enfant», analyse-t-elle.