Contenu commandité
Six solutions pour faciliter la rentrée
Six solutions pour faciliter la rentrée
Les corridors actifs et pédagogiques permettent aux élèves d’apprendre tout en s’amusant.
Les corridors actifs et pédagogiques permettent aux élèves d’apprendre tout en s’amusant.

Des corridors actifs et pédagogiques pour apprendre différemment

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
C’est terminé pour les corridors traditionnels : les élèves de l’école du Jardin-des-Lacs à Saint-Denis-de-Brompton pourront apprendre en sautant et en tournant lors de la prochaine année scolaire grâce à de tout nouveaux corridors «actifs et pédagogiques».

Destinés principalement aux élèves du premier cycle, ces corridors ont été mis en place, cet été, grâce à des autocollants de vinyle résistants placés sur le plancher et sur les murs de l’école. Ils permettront d’offrir des jeux pédagogiques afin de faire bouger les élèves dans l’optique qu’ils assimilent mieux les notions enseignées. L’enseignante de 1re année, Karine Bélanger, est à l’origine de ce projet. Elle soutient que l’aspect pédagogique de ces corridors sort de l’ordinaire. 

«Au Jardin-des-Lacs, nous voulions faire des corridors actifs. L’enseignant d’éducation physique Dave Morin voulait développer la psychomotricité des élèves dans les déplacements tout en les occupant. J’ai ajouté l’aspect pédagogique», soutient celle qui a également une formation en graphisme. 

Mme Bélanger a toujours fait bouger ses élèves afin de faciliter leurs apprentissages. Elle précise que les enfants assimilent la matière de différentes manières. «Les enfants ont des portes d’entrée différentes. Ils apprennent par l’auditif, par la kinesthésie et par le visuel. L’aspect kinesthésique est souvent oublié. Un enfant a besoin de bouger. Il va retenir plus facilement ce qu’il fait avec son corps»

Six plateaux sont installés dans l’établissement scolaire. Les élèves pourront former des mots en sautant sur des lettres de l’alphabet. Des formes et des nombres sont également installés pour permettre aux enseignants de travailler les mathématiques. «C’est d’utiliser les corridors de l’école comme plateau pédagogique. Nous faisons bouger les élèves en même temps qu’ils apprennent.»

Karine Bélanger espère que la phase deux du projet permettra au deuxième et au troisième cycle de profiter de cet outil pédagogique qui sort de l’ordinaire. 

Grâce à sa compagnie Kïnko, Mme Bélanger espère que d’autres écoles utiliseront leurs corridors afin de sortir du cadre traditionnel. 

Des initiatives semblables ont également été mises en place ailleurs en Estrie notamment à l’école Saint-Antoine dans le secteur de Lennoxville.