Cette photo a été prise lors de la parution en 2007 de l’album d’Alain Lesieur.
Cette photo a été prise lors de la parution en 2007 de l’album d’Alain Lesieur.

Six mois de prison pour Lesieur

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Alain Lesieur, un chanteur trifluvien, écope de six mois d’emprisonnement pour avoir produit de la pornographie juvénile.

L’individu de 55 ans a reconnu sa culpabilité à cette accusation, vendredi, lors du retour de son dossier au palais de justice de Trois-Rivières. Les événements se sont déroulés en janvier 2015.

Selon le rappel des faits rapportés par Me Éric Boudreau, procureur de la poursuite, Lesieur a rencontré sa victime à la bibliothèque de Trois-Rivières. Il a approché cette jeune femme de 17 ans pour lui offrir de suivre des cours de chant. Elle a accepté.

Il lui offre plus tard de consommer de l’alcool et de la drogue et d’avoir des relations sexuelles avec lui. Lesieur dit à sa victime qu’il veut faire un film de leurs ébats et qu’elle sera rémunérée. La jeune femme accepte une fois de plus. Les deux individus ont une quinzaine de relations sexuelles durant une semaine. La jeune femme n’a jamais été payée. Lesieur filme les ébats et enregistre le tout sur son ordinateur personnel.

Me Boudreau et Me Louis R. Lupien, l’avocat de Lesieur, ont soumis une suggestion commune de sentence au juge Rosaire Larouche. Étant donné que l’accusation a été portée sur voie sommaire, que Lesieur n’a aucun antécédent judiciaire et qu’il n’y a qu’une seule victime dans cette affaire, Me Lupien a recommandé l’imposition de la peine minimale dans ce cas qui est de six mois d’emprisonnement. Il a été précisé au juge Larouche que la jeune femme était consentante à avoir des relations sexuelles avec Lesieur.

«Vous devrez faire de meilleurs choix que celui-là», a dit le juge Larouche à Alain Lesieur.

Le juge a accepté la suggestion de sentence des deux avocats. Lesieur a pris le chemin de la prison aussitôt la peine prononcée. Il sera soumis à une probation de deux ans. Il devra fournir un échantillon d’ADN et verra son nom être inscrit au registre des délinquants sexuels pendant 10 ans.

Il lui est interdit d’entrer en contact avec la victime. Il ne peut posséder des armes à feu pendant 10 ans.