Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier.
Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier.

Six femmes conseillères à Saint-Élie-de-Caxton

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Lors de la récente élection partielle au siège numéro 5, à Saint-Élie-de-Caxton, Claudette Caron a été élue par acclamation. Ce faisant, le conseil municipal se retrouve maintenant avec six conseillères.

Selon la Fédération québécoise des municipalités, il n’est pas impossible que ce soit une première au Québec, «mais on ne peut pas l’affirmer hors de tout doute», indique le porte-parole de la FQM, Francis Martel. «On pense toutefois qu’il y ait de fortes chances pour que ce soit le cas», dit-il.

Christina Béland, conseillère au siège 1.

Selon les données de 2017, 34 % des élus municipaux sont des femmes, ce qui place donc Saint-Élie-de-Caxton dans une classe à part en matière de représentation féminine en politique municipale.

La municipalité de Saint-Gervais, dans Bellechasse, compte elle aussi parmi les rares au Québec, à ce chapitre, puisque son conseil est formé de 5 femmes et d’une mairesse. Tout comme à Saint-Élie, il n’y a donc qu’un seul homme en poste.

Lucie Hamelin, conseillère au siège 2.

Entouré de six femmes désormais dans le cadre de ses fonctions, le maire, Robert Gauthier, assure qu’il ne se sent pas seul. Une première réunion du conseil a eu lieu depuis l’élection «et on a une belle chimie», assure-t-il sans pouvoir dire exactement pourquoi autant de femmes ont choisi de s’impliquer en politique municipale dans sa municipalité.

Claudette Caron, qui s’était présentée une première fois en 2017, explique de son côté que «Saint-Élie est une municipalité qui te donne le goût de t’impliquer.» Cette enseignante au primaire à Louiseville s’était déjà impliquée d’ailleurs au comité famille de sa municipalité.

Charline Plante, conseillère au siège 3.

Le maire qualifie ses consœurs du conseil de «collègues de travail très motivées, impliquées, compétentes, à l’écoute des gens et positives, qui ont à cœur le développement social et économique de notre milieu», estime-t-il.

Ce qui réjouit davantage Robert Gauthier, c’est la diversité qu’apportent les conseillères en termes de formation et d’expériences professionnelles. Elles arrivent en effet des domaines de la santé et des services sociaux, de l’enseignement et des services aux jeunes, du milieu communautaire, des services spécialisés en arpentage, de la gestion publique en milieu gouvernemental et paragouvernemental et du monde du bénévolat.

Francine Buisson, conseillère au siège 4.

Le maire souligne également la représentation géographique diversifiée apportée par ces élues qui proviennent du cœur du village, des rangs, des lacs et du Domaine Ouellet.

La nouvelle élue, Claudette Caron, remplace le conseiller Roger Sylvestre qui avait démissionné de son poste pour des raisons professionnelles, en novembre dernier.

Claudette Caron, conseillère au siège 5.

Depuis novembre 2017, cinq employés de la municipalité avaient également quitté leur emploi.

La Commission à l’intégrité et aux enquêtes avait alors été mandatée par la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, afin d’enquêter sur cette administration municipale.

Élaine Legault, conseillère au siège 6.

Selon l’attachée du député Simon Allaire, Marie-Pier Leblanc, il n’y a pas eu d’autres développements dans cette histoire depuis.

Rappelons qu’une pétition de 1000 noms avait aussi été déposée à l’Assemblée nationale pour demander le départ du maire Gauthier. Elle n’a pas eu de suites non plus pour l’instant.

Claudette Caron est au courant de la situation, «mais j’ai le goût de regarder en avant», dit-elle.