Ces chiots ont été trouvés dans un contenant de plastique. La SPA Mauricie portera plainte à la police.

Six chiots jetés aux ordures

La Société protectrice des animaux de la Mauricie, section Shawinigan, est intervenue, le 19 mars dernier, lors de la découverte de six chiots naissants, dont certains étaient encore attachés à leur placenta, qui avaient été mis dans un sac à déchets et jetés aux ordures.
Les chiots étaient encore vivants et humides, «de toute évidence, ils venaient à peine de naître», indique Serge Marquis, le directeur général de la SPAM. «Ils étaient en état de sévère hypothermie», dit-il, en rappelant les températures très froides qu'il a fait au cours des derniers jours.
La Sûreté du Québec n'a reçu aucune plainte relativement à cette affaire, donc aucune enquête n'a encore été ouverte, a indiqué hier le porte-parole de la SQ, Hugo Fournier. Ce genre d'acte est passible d'accusations au criminel pour cruauté envers les animaux.
«Je n'arrive pas à trouver les mots pour décrire ce geste autres que lâcheté et cruauté», a commenté jeudi le directeur de la SPAM, visiblement bouleversé par cette sordide découverte.
C'était, à sa souvenance, la plus jeune portée de chiots auprès de laquelle la SPAM est intervenue à ce jour.
Lorsque des portées de chiots sont abandonnées à la SPAM, dit-il, il arrive qu'on puisse les sauver s'il y a, dans le refuge, une chienne en mesure d'allaiter. Malheureusement, à ce moment-là, il n'y en avait ni dans les locaux de Shawinigan, ni dans ceux de Trois-Rivières, dit-il. «Il a fallu procéder à l'euthanasie.»
Il aurait peut-être été possible de nourrir les chiots avec du lait maternisé, mais c'est un engagement très lourd, fait valoir M. Marquis, car les petits ont besoin d'être nourris jour et nuit. Les chiots avaient aussi besoin de leur mère.
«Ils ont absolument besoin de la présence de la mère pour atteindre leur équilibre de chien», explique M. Marquis.
L'affaire a été mise au jour, mercredi, par le 106,9 FM.
Selon Serge Marquis, la chienne qui a mis au monde cette portée souffrira énormément de s'être fait arracher ses petits dès leur naissance. «Elle aura des montées de lait et elle risque d'avoir des problèmes physiques et psychologiques», dit-il. «C'est vraiment un acte sauvage», déplore le directeur de la SPAM.
Les mois de janvier et février ont été relativement tranquilles à la SPAM en termes d'abandons de portées. Toutefois, le refuge prévoit, comme à chaque année, un regain avec l'arrivée du printemps, période de mises bas.
La SPAM rappelle l'importance de la stérilisation des animaux afin d'éviter les abandons et la prolifération des animaux abandonnés.